FERMETURE DÉFINITIVE DU FORUM À COMPTER DU 25/07.

Partagez|

Not gonna die tonight + Keira

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Not gonna die tonight + Keira Lun 6 Avr - 16:29



keira autumn lawson
UNE PETITE CITATION JUSTE ICI

✝ NOM : Lawson ✝ PRÉNOM : Keira ✝ AGE : Vingt huit ans   ✝ LOCALISATION : Quelque part en forêt   ✝ DATE ET LIEU DE NAISSANCE : le 12 mai à Boston il y a 28 ans   ✝ NATIONALITÉ ET ORIGINES : Américaine d'origine anglaise  ✝ ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuelle ✝ STATUT FAMILIAL : Célibataire   ✝ PROFESSION AVANT L'EPIDEMIE : Chirurgienne en traumatologie   ✝ OCCUPATION ACTUELLE : Médecin ✝ CRÉDITS : Mind ✝ GROUPE : Taste of blood


who are you really?
Pour tout le monde Keira était une jeune femme souriante et perpétuellement de bonne humeur. Extravertie et un brin déjantée elle aimait rire et plaisanter. Voyant toujours le bon côté des choses et des gens elle pouvait être admirée pour cela ou au contraire agacer. Optimiste dans n'importe quelle situation même la plus pénible, elle ne se plaignait jamais préférant sourire en disant que ça irait mieux demain. Mais ce qui la caractérisait le plus était sa générosité sans limite. Le cœur sur la main et le sourire toujours aux lèvres elle dédiait sa vie à venir en aide aux autres. Certains la trouvaient courageuse et altruiste mais ils étaient loin de la vérité.

Keira était avant tout une femme qui souffrait en silence cachant ses véritables sentiments derrière son sourire et son apparente bonne humeur, se forçant à voir le bon côté des choses pour avoir le courage de se lever le matin. Étouffée par le remord elle cherchait désespérément un moyen de réparer ses erreurs passées. Soulager quelqu'un de sa peine, apporter un peu de réconfort, le sentiment d'avoir fait le bien autour d'elle lui donnaient l'impression de se racheter une conscience. Torturée depuis l'accident qui coûta la vie à sa jeune sœur, elle avait trouvé refuge dans son travail. Elle détestait la solitude et le silence car elle se retrouvait alors seule face à elle-même. Elle préférait être entourée et s'occuper de ses patients pouvant de cette façon oublier pour quelques heures la culpabilité qui la rongeait un peu plus chaque jour.

Depuis le monde a bien changé tout comme Keira. Aujourd'hui la mort est partout et la seule de ses préoccupations est de rester en vie. Elle est comme tous les survivants, une proie tout simplement. Vivre la peur au ventre, voir les gens mourir, sursauter au moindre bruit suspect, se terrer comme un animal pour échapper à une horde, ne pas savoir si une mort atroce vous attend au coin de la rue tout ça l'a profondément changée. La vie n'a plus vraiment de valeur et la loi du plus fort est la seule qui prime désormais.

Comme tout le monde Keira a énormément perdu pendant ces derniers mois. Sa famille, ses amis, son travail, sa maison, ses souvenirs, ses espoirs, sa vie tout entière. Ses deux bras, ses jambes, ses neurones et ses notions de médecine sont les seules choses sur lesquelles elle peut compter aujourd'hui. Elle sait que si elle veut avoir une chance d'échapper aux rôdeurs elle doit se salir les mains, faire ce qu'il faut. Finie la petite vie confortable de médecin, elle doit faire face à cette nouvelle existante, oublier tout ce qu'elle pensait connaître sur le monde qui l'entoure, tout ce qu'elle espérait de son ancienne vie pour s'adapter et s'endurcir. Être une autre pour pouvoir rester en vie.

Aujourd'hui elle ne doit se préoccuper que d'elle-même, de ce qui peut l'avantager et l'aider à survivre. L'amitié, l'empathie, la pitié tout ça n'existe plus pour personne, celui à qui vous tendrez la main ou accordez votre confiance sera sûrement le premier à sacrifier votre vie si ça peut sauver la sienne. Ceux qui disent le contraire sont soit hypocrites soit terriblement naïfs. Mais même en sachant tout cela Keira n'est pas prête à faire face et elle n'est pas sûre de trouver le courage, la force ou le désespoir de faire tout ce qu'il faudra. Ce qu'elle ne sait pas c'est qu'elle n'aura bientôt plus le choix.
into the wild
Keira revoit souvent sa défunte sœur en rêves - Elle sait tirer et viser juste mais n'aime pas trop les armes à feu. Elle est beaucoup plus à l'aise avec les armes blanches et elle ne se sépare d'ailleurs jamais d'un couteau poing américain qu'elle a trouver dans une voiture - Elle n'a pas peur des marcheurs, elle redoute beaucoup plus les autres survivants - Elle ne se sépare jamais d'un barcelet que sa sœur lui avait offert - Elle n'a pas beaucoup de force physique mais elle compense cette faiblesse mais un talent inné pour la discrétion et une grande ingéniosité - C'est une récupératrice. Comme un écureuil elle conserve tout ce qui pourrait lui être utile - Elle a une peur bleue des clowns ne demandez pas pourquoi - Elle a un tatouage sur le flanc gauche et une cicatrice sur la cuisse droite, douloureux souvenirs de l'accident de voiture qui a coûté la vie à sa petite sœur - A la fac elle a été championne de natation


✝ pseudo/prénom :  Moonshine/Georgie ✝ âge : 23 ans ✝ pays : France ✝ fréquence des visites : 7/7 ✝ comment avez-vous trouvé le forum ? Grâce à Bazzart ✝ vos impressions sur celui-ci ? Je l'adore déjà ** ✝ mot de la fin : Love you all

FEAT AVATAR


Code:
<font class="avatarpris">AMBER HEARD</font> ✝ keira lawson


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Not gonna die tonight + Keira Lun 6 Avr - 16:29




Where innocence is burned in flames


Ma vie avant l'épidémie? Tout est tellement diffèrent aujourd'hui que j'ai du mal à me dire qu'il y a eu un avant. Ça semble si loin pourtant il y a encore deux ans personnes n'aurait cru que le monde tomberait dans ce chaos. Rassemblant mes souvenirs j'essaie de me rappeler celle que j'étais avant...

J'ai vu le jour un 12 mai à Boston. J'y ai passé toute mon enfance et une partie de ma jeunesse, entourée de mes parents et de ma jeune sœur Alyssa. Notre père étant procureur et notre mère avocate, notre famille était aisée mais nous voyions très peu nos parents. N'ayant que deux ans d'écart avec ma sœur, je passais la plupart de mon temps avec elle. Nous fréquentions la même école privée, nous avions le même cercle d'amis, les mêmes loisirs... En fait il était rare de nous voir l'une sans l'autre même si nous étions très différentes toutes les deux. J'étais enjouée et extravertie. Alyssa elle était plus timide, réservée et douce. C'était ma petite sœur et je prenais mon rôle d’aînée très au sérieux veillant sur elle comme sur mon petit trésor.

En grandissant chacune de nous suivit sa voie. J'étudiais la médecine comme je l'avais toujours souhaitée. Alyssa elle se passionnait pour l'art et rêvait d'enseigner afin de partager sa passion avec le plus grand nombre. Même si nous ne passions plus autant de temps ensemble nous faisions le maximum pour nous voir le plus souvent possible. Comme ce fameux soir que j'aurais tant aimé effacer. Des brides de cette soirée reviennent encore me hanter certaines nuits. Une fête. De la musique. Des éclats de rire. De l'alcool. Beaucoup trop. Moi au volant. Alyssa sur le siège passager. Une vitesse excessive. Un feu qui passe au rouge. Un cri qui s'échappe des lèvres de ma sœur. Un choc. Puis plus rien... Je ne me suis réveillée que deux jours plus tard dans un lit d'hôpital et j'appris qu'Alyssa elle n'avait pas survécu. Ma petite sœur était morte à cause de moi.

Depuis lors j'avais tenté de vivre du mieux que je le pouvais avec ce poids sur les épaules. Je poursuivis mes études de médecine et décidai de faire mon internat à Atlanta. Il m'était impossible de rester à Boston où le souvenir d'Alyssa hantait chaque coin de rue, de soutenir une minute de plus le regarde pleins de reproche de mes parents. Je pris alors la fuite tout simplement. Mais je n'ai jamais pût échapper à la culpabilité qui me rongeait de l'intérieur . Les seuls moments où je parvenais à oublier un peu ma peine étaient lorsque je soignais mes patients. Je me plongeai alors corps et âme dans mon travail, ne comptant plus les heures et mettant ma vie privée de côté.  Je ne sais pas vraiment ce que je cherchais en faisant ça. À me racheter une conscience en jouant les sauveuses? Peut-être mais de toute façon ça n'a plus vraiment d'importance désormais...

Quoiqu'il en soit ma vie se poursuivit, les jours se ressemblant, les années passant l'une après l'autre. Ma vie sociale se limitait à mes collègues et aux patients que je soignais. Il m'arrive encore de voir le visage de certains d'entre eux et de me demander s'il y a un infime espoir que quelques-uns soient encore en vie. Il y avait Truth, la petite infirmière avec qui j'aimais parler de tout et de rien et dont le sourire me réchauffait le cœur. Je crois qu'au fond sa douceur et sa fragilité me rappelaient Alyssa. Il y avait aussi Matthew, Barbara, Pete, Cassie, Alex, Taylor... Tant de gens que je ne reverrai sans doute jamais.

Ils étaient pourtant tous de service ce fameux jour de novembre, tout comme moi. Nous avions tous levé les yeux en entendant la porte s'ouvrir à la volée pour laisser passer un brancard. Un homme ensanglanté y reposait, des morceaux entiers de chair lui avaient été arrachés, sans doute par un animal. Chacun de nous avait alors pris son poste et fait de son mieux pour tenter de stopper le flot de sang qui jaillissait de ses blessures. Nous avions tous eu le même instant de flottement lorsque l'urgentiste accompagnant le patient déclara que c'était un être humain qui avait attaqué ce pauvre homme. Oui nous étions tous au même endroit lorsque le monde tel que nous le connaissions vola en éclats.

Malgré tous nos efforts, l'homme décéda à peu de temps après son arrivée dans nos services. Et avant même que nous ayons pu comprendre ce qui se passait des dizaines de cas similaires avaient envahi l'hôpital. Les gens mouraient les uns après les autres sans que nous ne puissions rien y faire et le nombre de blessés ne cessait d'augmenter. Une hystérie collective semblait croître de minute en minute et une rumeur folle se répandit dans les couloirs comme une traînée de poudre. C'était les morts qui s'attaquaient aux vivants. Même si je savais pertinemment que quelque chose n'allait pas, je n'eu pas le temps de me poser plus de questions, trop occupée à passer d'un patient à un autre.

Je ne sais plus si seulement quelques minutes s'étaient écoulées ou au contraire plusieurs heures quand un cri déchirant résonna dans les locaux. La tête de chaque personne présente, la mienne comprise se tournèrent au même instant pour voir une scène toute droit sortir d'un film d'horreur. L'une des infirmières était au sol et se faisait attaquer par un homme qui aurait dût être mort. Un trou béant se trouvait dans sa poitrine et pourtant il bougeait encore déchiquetant férocement la pauvre femme. Elle essayait vainement de le repousser, hurlant de douleur et appelant à l'aide. Un homme tenta d'éloigner cette... chose d'elle mais elle se retourna contre lui planta ses dents dans sa chair. Tout le monde se mit alors à paniquer et à se ruer vers la sortie. On criait, on pleurait, on se bousculait, on piétinait les malheureux qui étaient tombé au sol. Prise dans la foule je réussis tant bien que mal à sortir de ce cauchemar pour constater que c'était l'Enfer qui régnait dehors.

C'était le chaos peu importe où je posais les yeux. Des corps en partie dévorés gisaient un peu partout. Certaines personnes agonisaient encore. D'autres c'étaient faites pigées par ces créatures, se défendaient du mieux qu'elles pouvaient ou avaient réussi à leur échapper et à s'enfuir en courant. J'étais totalement hébétée, figée devant ce spectacle atroce. Je n'arrivais tout simplement pas à croire ce que je voyais. Pourtant les hurlements, le bruit de la chair qu'on arrachait, l'odeur du sang qui flottait dans l'air, tout cela était bel et bien réel. Lorsque l'un de ces morts-vivants leva sa tête ensanglantée vers moi, qu'il me regarda de ses yeux vides en poussant un râle menaçant seule la peur força mes jambes à prendre la fuite.

J'ai couru sans m'arrêter, sans me retourner une seule fois laissant les gens derrière moi, ignorant leurs cris désespérés. Je ne pensais qu'à rejoindre ma voiture au plus vite. Par chance elle était toujours garée sur le parking réservé au personnel de l'hôpital. Je m'engouffrai dedans sans demander mon reste et dû m'y prendre à plusieurs fois pour pouvoir mettre le contact tant mes mains tremblaient. Quand je put enfin démarrer je pris une direction sans vraiment réfléchir où aller. Je voulais juste m'éloigner le plus possible de l'hôpital, le plus possible de ces monstres. Machinalement je pris la direction de chez moi. Sur la route j'allumai la radio. Le même message y était diffusé en boucle. Ne sortir de chez soi sous aucun prétexte. Mais après ce que j'avais vu hors de question de rester sur place à attendre que les morts-vivants viennent gratter à ma porte. Une fois arrivée je pris un sac et fourrai tout ce qui aurait pu m'être utile. J'entassai vêtements, médicaments, nourritures, tous ce qui me tomba sous la main avant de reprendre la route.

J'eus beaucoup de mal à sortir de la ville. Les centaines de personnes fuyant Atlanta comme moi avec leur véhicule avaient totalement envahi les routes. On avançait peu pour ne pas dire pas du tout. Je ne pouvais que prendre mon mal en patience et j'appelai mes parents pendant ce temps. J'essayai encore et encore sans obtenir la moindre réponse. L'idée qu'ils puissent avoir été attaqué eux aussi à Boston me fit frissonner. Mais je refusais de trop y penser. Céder à la panique n'aurait absolument servi à rien.

La nuit finit par tomber et certaines personnes s'organisèrent afin de s’entraider. En tant que médecin je fis de mon mieux afin de me rendre utile moi aussi et comme toujours m'occuper me vida l'esprit et me calma peu à peu. Je sympathisai avec certaines personnes et je finis par décider de continuer ma route avec eux. Lorsque nous nous rendîmes compte que toutes les villes étaient infestées nous décidâmes d'installer une sorte camp dans un hôtel abandonné en attendant de trouver mieux. Puis les jours passèrent l'un après l'autre, puis les semaines. Nous sommes restés au même endroit se sentant protégés par les murs de l'ancien établissement. Seuls quelques rôdeurs comme on finit par les appeler venaient s'aventurer de temps en temps aux portes mais nous n'avions aucun mal à s'en débarrasser. Nous croyions être à l'abri, nous pensions pouvoir continuer à vivre ainsi le temps qu'il faudrait mais nous nous trompions.  

Un jour un autre groupe de survivants nous attaqua. L'affrontement fut violent et beaucoup de personnes furent tuées, d'autres surtout les femmes violentées. J'ai réussi à leur échapper de peu sans subir trop de dommage mais je dus une nouvelle fois tout abandonner derrière moi. J'ai marché pendant plusieurs jours seule à la recherche de quoi manger quand je tombais un matin sur une tente isolée et une voiture un peu plus loin. Il y avait de la nourriture dans celle-ci ainsi qu'un couteau. Voulant saisir cette chance j’essayai de voler la voiture mais en voyant du mouvement dans la tente je ne pris pas le risque de me retrouver à nouveau face à quelqu'un et m’enfuis en emportant avec moi que le sac de nourriture et un couteau que j'avais trouvé à l'intérieur.

Je vivais comme ça désormais. J'évitais les autres survivants avec presque autant de crainte que les rôdeurs. Les gens étaient devenu des loups s'attaquant aux plus faibles pour leur prendre le peu qui leur restait. Je n'étais pas beaucoup mieux. Dès que je le pouvais je volais tout ce qui pouvait m'être utile allant certaines fois jusqu'à fouiller les cadavres. Quand les jours se faisaient plus courts et le temps plus froid je trouvais des maisons isolées pour me mettre à l'abri quelque temps. J'ai essayé de nombreuses fois de prendre la route pour aller à Boston tenter de retrouver mes parents mais à chaque fois je dus rebrousser chemin soit à cause des rôdeurs, soit des pillards, soit des ressources qui me manquaient. À présent je cherche uniquement de quoi survivre, un peu de nourriture, d'eau et un endroit où dormir en sécurité. Je ferais la même chose demain, puis le jour d'après ne sachant pas si je survivrai encore longtemps à ce monde.

Ce que je ne savais pas c'est que j'allais bientôt recroiser la route des pillards.


une citation, courte ou longue, juste ici

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Not gonna die tonight + Keira Lun 6 Avr - 16:33

Je te souhaite la bienvenue jolie donzelle, ton avatar est seksy
Bon courage pour la rédaction de ta fiche et si tu as des petites interrogations, Roos et moi on est là
(Viens à Fort Benning *yeux doux*)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Not gonna die tonight + Keira Lun 6 Avr - 16:35

Bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche.
Ton choix d'avatar est carrément sublime, Amber c'est une de mes femmes.

Viens à la base militaire, viens
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Not gonna die tonight + Keira Lun 6 Avr - 16:38

Bienvenue sur le forum et bon courage pour la rédaction de ta fiche.
Si tu as des questions, n'hésite pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Not gonna die tonight + Keira Lun 6 Avr - 16:38

AMBER HEAAAARD ! *cri de fangirl sur le point de s'évanouir*
Ahem. Comme j'te l'ai déjà dit sur la cébé, bienvenue parmi nous !
Viens chez les taste, on est kouls et bôs. Et on a des cooookies !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Not gonna die tonight + Keira Lun 6 Avr - 17:35

Bienvenue sur le forum ! J'te le redis, mais Amber c'est de la frappe !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Not gonna die tonight + Keira Lun 6 Avr - 17:51


bienvenue en enfer

ça va croquer du zombie

BELLE GOSSE.   Si t'avais pas choisi les Taste', je t'aurai demandé de venir dans mon bureau prendre un thé   J'ai beaucoup aimé ta fiche et ton personnage semble assez badass, tatouages, cicatrices et tout   Puis ton histoire, bien rédigée et Alyssa   Si je te croise un jour, tu me donnes ton couteau poing américain ?   Allez, je te valide et j'espère que tu resteras avec nous  

Il est temps pour toi maintenant de laisser ta trace sur le forum. Voici quelques liens qui te seront bien utiles :
✝️ CRÉER UN SCÉNARIO
✝️ CRÉER TA FICHE DE LIEN
✝️ CRÉER TA FICHE DE RP
✝️ FLOODER

N'oublie pas également d'aller vérifier que ton avatar a été ajouté au bottin, mais aussi que ton rang a été ajouté à l'annexe des groupes de survivants. Sur ce, bon courage pour ta survie.  



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Lenke Dezso
a walk among the graves + red right hand
MESSAGES : 557
INSCRIPTION : 05/04/2015
CRÉDITS : babine
DISPONIBILITÉ RP : (0/2) desmond + anka + balty + sully + andy.
LOCALISATION : la prison avec les fous. avec la reine au regard de feu, aux mains fragiles. au visage parfait. son obsession. son fantasme. son bras droit.

MessageSujet: Re: Not gonna die tonight + Keira Mar 7 Avr - 11:34

Bienvenue un peu en retard

_________________

we were born to die
Don't make me sad, don't make me cry sometimes love is not enough and the road gets tough i don't know why. Keep making me laugh, let's go get high The road is long, we carry on. Try to have fun in the meantime ©️ all right awat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Not gonna die tonight + Keira

Revenir en haut Aller en bas

Not gonna die tonight + Keira

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
✝ A WALK AMONG THE GRAVES  :: PRESENTATIONS-