FERMETURE DÉFINITIVE DU FORUM À COMPTER DU 25/07.

Partagez|

(i can't drown my demons, they know how to swim.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Briséis Sparks
a walk among the graves + red right hand
MESSAGES : 45
INSCRIPTION : 10/06/2015
CRÉDITS : twisted lips
DISPONIBILITÉ RP : toujours.
LOCALISATION : jolie prison dont elle connaît les moindres recoins, nouvelle alice au pays des merveilles : briséis au pays des condamnés.

MessageSujet: (i can't drown my demons, they know how to swim.) Mer 10 Juin - 19:28


briséis sparks
Nom : jolie poupée de porcelaine au nom étincelant que l'on connaissait autrefois pour être grand. magnifique, si magnifique nom qu'elle a traîné dans la boue. sparks. cela rime avec mort, feu, cadavres exquis dégoulinant d'essence. jolie appellation qu'elle murmure du bout des lèvres avec un sourire carnassier peint sur ses lippes ensanglantées.   ✝️ Prénom : l'indomptable princesse a vu son prénom se dessiner sur toutes les lèvres quand sa descente en enfer a eu lieu. briséis, petite briséis. on aurait tout aussi bien pu l'appeler némésis. mais non. c'est la charmante reine grecque qui voit son prénom signé au bas de quelques papiers. trop honteuse de souiller de si jolies syllabes, la sauvage ne donne que son nom de famille et c'est souvent par celui-ci qu'on l'appelle. ✝️ Âge : vingt trois étoiles éphémères qu'elle jette à ses vipères, si désespérée d'arriver au point de non retour pour qui elle fourmille plus que n'importe qui. jolie faucheuse qui l'appelle, c'est d'un pas serein qu'elle s'avance vers la fin. ✝️ date et lieu de naissance : un vendredi treize, aime-t-elle raconter, le mois du six, pour ne rien arranger, et voilà le mythe de sparks créé. le démon est né à new york, dans la ville ou tout est permis. peu désireux de voir l'enfant prendre la grosse tête, ses chers parents ont pris une retraite anticipée et sont venus s'enfermer en enfer, plus communément appeler greenville.  ✝️ vos origines : à ses cheveux, sans nul doute qu'on irait crier que la petite vient d'irlande, mais c'est tout faux. ses heureux parents étaient en effet, respectivement, américain et russe. jolie maman qui écorche les syllabes n'a pas hésité à donner cette mauvaise manie à l'enfant du diable.✝️ Ancien métier : assassin? la pauvre môme n'a pas eu le temps de vivre : tant de gens à tuer avant d'être en paix... fanatique invétérée, prodige chez les tueurs en série, sparks a attendu de faire payer ses sept démons avant de se laisser sagement attraper puis enfermée persuadée qu'on viendrait la chercher quand le moment viendrait. peut-être lycéenne, dans un passé lointain. ✝️ Métier actuel : némésis des temps modernes, c'est elle qui égorge dans la nuit les innocents et les sanguinaires du mauvais camp. et parfois, oui, elle défend son camp en tant que mercenaire.  ✝️ Orientation sexuelle : n'ayant ni coeur ni âme, la pauvre bête se contente d'attraper qui elle peut dans ses filets pour dévorer l'âme bâtarde qu'elle se permet de caresser du bout des ongles avant de la déchiqueter. homme, femme, qu'importe. ✝️ Statut matrimonial : constamment prise. éternellement condamnée. mais jamais, ô grand jamais, casée. l'amour n'est que vertus et l'enfant n'est que pêchés. ✝️ Localisation : jolie prison dont elle connaît les moindres recoins, nouvelle alice au pays des merveilles : briséis au pays des condamnés. ✝️ Caractère : instable, fanatique, charmeuse, cruelle, doucereuse, assassin, manipulatrice, rusée, bornée, impulsive, colérique, charmeuse, souriante, capricieuse, enfantine, joueuse, sanguinaire. ✝️ groupe : red right hand
about you
 joueuse invétérée, tout est bon à parier. une chose dont il faut se rappeler : sparks ne perd jamais. qu'elle ait de la chance ou qu'elle se prenne pour le destin, soyez sûr que le diable sortira vainqueur du tournois, quelque soit le prix à payer.  ✝️ mercenaire de talent, la sauvage aime découvrir de nouvelles armes. pour que ce soit plus amusant, il n'est pas rare qu'elle les teste sur les gens. de l'arc au pistolet, tout est bon pour tuer.  ✝️  l'accent joyeux qui ricoche sur ses mots et meure sur ses lèvres. vestige d'un temps ou il faisait beau. et voilà qu'on en sourit, de l'innocente qui roule ses r et qui envoûte par le froid polaire qu'elle peut cracher avec quelques vipères ensanglantées. du russe qui s'échappe quand elle oublie d'être si polie.  ✝️ et la voilà, la pauvre innocente dont elle rêvait. sa cause. sa damnation. dame nature si belle toute vêtue de blanc, mais avec des cheveux ébènes qui contrastent tant. ô qu'elle est belle. sordide fascination qu'elle a pour son esclave personnelle, bien décidée d'en faire sa perséphone. ✝️ sparks n'est pas accro à la drogue. elle aime en prendre de temps en temps mais elle n'aime pas l'idée d'appartenir aux déjantés. alors quand la poudre traîne sur un banc déserté, elle laisse ses narines saigner. mais en aucun cas elle se servira de l'opium comme les pauvres condamnés qui se succèdent par dizaines pour avoir leur minuscule dose à emporter. ✝️ enfermée depuis huit ans dans sa geôle blanche, némésis a eu tout le temps pour réfléchir à sa sortie et pour travailler sur elle-même. enchaînant les épreuves physiques dans son petit coin de paradis pour ne pas devenir folle, la sauvage est devenue une véritable arme de guerre. insensible, sanguinaire et avide de tuer, rien ne saurait l'arrêter. ✝️ la seule personne à qui tient le monstre possède le doux nom de galaad. considéré comme son meilleur ami et sa seule famille, ce dealer aux blagues douteuses a partagé sa peine pendant plusieurs années. au bout des premiers trois cents soixante-cinq jours dont la môme a écopés, elle a essayé de fuir. si prête du but, elle s'est pourtant arrêtée pour écouter la blague du fou aux cheveux en bataille. et alors qu'elle s'esclaffait tant ses mots étaient amusants, on l'a tout droit balancée une nouvelle fois dans sa geôle. pour s'excuser d'avoir empêché alice de rejoindre la réalité, au bout de sa dernière année de peine, le chat de cheshire est venu la visiter chaque jour. c'est d'ailleurs lui qui est parvenu à la récupérer une fois la ville infestée de rôdeurs. depuis, ils ne se quittent plus. ✝️ sparks a sur les mains le sang de sept personnes et sur la conscience, environs une vingtaine d'âmes. elle a tout d'abord égorgé ses parents dans le plus grand des silences et avec la plus grande minutie, ne laissant qu'un nombre d'indices précis, sept en réalité.  pas assez pour l'inculper toute fois parce que l'oeuvre divine n'était pas accomplie. suivirent ensuite sa tante, sa meilleure amie, deux filles aux noms barbares dont elle était la joyeuse victime et enfin, sa plus belle oeuvre, son jeune cousin d'un âge peu avancé qui faisait un triste témoin. tout juste avant de se faire enfermer, elle a cru bon de faire brûler sa classe de mathématiques pour finir en beauté, dans le sang et les flammes. ✝️ elle possède un vieux papier usé ou est inscrit une lettre de sa voisine. voisine qu'elle a soigneusement tuée avant que celle-ci ne devienne une rôdeuse, par précaution. en effet, la pauvre enfant croyait en dieu et pensant sincèrement que l'enfant du diable méritait encore d'être sauvée. cette lettre, ou on peut lire les coordonnées d'un exorciste,  lui permet de ne jamais oublier à quel point elle est horrible, et à quel point elle se complet dans cette situation infâme. ✝️ notre alice est fascinée par la pureté. si elle prend un malin plaisir à souiller tout ce qui semble être l'oeuvre de dieu, c'est tout d'abord parce qu'elle est jalouse de ce blanc qui les compose, de l'aura bienveillante qu'ils peuvent avoir. ✝️ dans les activités bizarres du monstre, on peut sans nul doute parler de sa manière de manger : elle est incapable d'avaler un plat s'il n'est pas épicé. elle s'est donc arrangée avec galaad en sortant de prison pour voler toutes sauces piquantes ou piments à vue. il faudrait être fou pour tenter de lui reprendre son dû. ✝️ trop violente pour la chasse, elle serait bien incapable de survivre en pleine nature sans galaad. à part faire du feu et cramer quelques têtes, la môme vient clairement de la ville. ✝️ elle adore rester éveiller la nuit pour regarder le ciel et il est rare qu'elle ne reste pas sous la pluie pour sentir les gouttes sur ses joues. c'est vrai qu'elle reste une môme, la sauvage. ✝️ la lumière guide ses pas. triste déesse dont toutes les vertus ont été dévorées, poupée disloquée qu'on ne peut recoller, c'est cette audacieuse lumière qui l'a sauvée. enfermée, attachée, le démon n'a pas su comment éviter la folie. alors elle l'est devenue. ténèbres. en quête de cette lumière qui lui consume la poitrine. ✝️ diagnostiquée sociopathe, presque bipolaire, et atteinte de nombreux troubles, la sauvage est un véritable cas pour les psychologues. personne ne sait, à ce jour, ce qui peut bien se passer dans sa tête de déglinguée.
behind the screen
ton pseudo : eve. ✝️ âge :   . ✝️ pays : france. ✝️ fréquence de connexion : aussi souvent que le veulent les semaines me séparant des vacances. ✝️ comment t'es arrivé ici ? : bazzart. ✝️ un commentaire ? :      
©️ all right awatg

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Briséis Sparks
a walk among the graves + red right hand
MESSAGES : 45
INSCRIPTION : 10/06/2015
CRÉDITS : twisted lips
DISPONIBILITÉ RP : toujours.
LOCALISATION : jolie prison dont elle connaît les moindres recoins, nouvelle alice au pays des merveilles : briséis au pays des condamnés.

MessageSujet: Re: (i can't drown my demons, they know how to swim.) Mer 10 Juin - 19:28


a story to tell

chapter i - "twinkle, twinkle, little star", la douce mélodie flotte sur ses lèvres et résonne dans la maison sinistre. et l'enfant morbide continue de caresser les murs d'un mouvement de doigt à la manière d'une enfant. ses pas légers se répercutent sur les parois peintes de blanc. jolie poupée de porcelaine qui semble flotter au-dessus du sol tant elle est menue, à présent. "how i wonder what you are." crie-t-elle, cette fois, à l'attention des deux intrus. elle se souvient. et le souvenir la frappe. coup dans les côtes, maman qui l'envoie en russie avec 'svetlana. elle sait, ma chérie, pourquoi tu es si douce-amère.' triste année dans le froid de russie, triste décennie à penser à ce plan déglingué pour mettre fin au supplice. lumière, lumière qui guide ses pas dans les ténèbres. vagabonde dont le cœur tressaute à la moindre allusion à cette insanité qui la dévore. elle sait, elle aussi, qu'elle est déglinguée la poupée. sauvage môme aux rouages cassés. et la tête qui dit non, et le coeur qui dit oui, et la gorge qui vomit des réponses insalubres. "up above the world so high, like a diamond in the sky." côtes saillantes, jambes arquées, omoplates déployées. et le froid qui consumait sa peau. enfant d'amérique envoyée dans un camp de concentration moderne. et qu'on essaye, et qu'on essaye de geler ses démons. mais ça ne marche pas, elle continue de parler seule, elle continue d'hurler la nuit, et les sept ombres qu'elle dessine. pauvre, pauvre enfant ne cesse de répéter svetlana. 'c'pas humain, ma p'tite dame, de lui faire subir ça. reprenez-la, reprenez-la, elle est pas faite pour ici.' et maman qui dit non avec la tête, la gorge, et le coeur. et maman qui déchire la poitrine de la sauvage sans même se soucier que la poupée de papier va devenir de la pierre. sans se soucier qu'un jour, elle s'écrasera sur sa petite chérie, toute ensanglantée payant enfin pour cette sale année. "twinkle, twinkle, little star, how i wonder what you are !" et elle les trouve. maman la regarde avec ses grands yeux ouverts. toute vêtue de chanel, si belle, si belle la lumière. souillée par tant d'années à se ronger les sangs. c'est vrai que papa la trompait souvent, se rappelle-t-elle, quand maman en avait encore quelque chsoe à faire. mais aujourd'hui, comme elle est heureuse sparks, parce qu'ils vont être ensemble. morts. main dans la main. d'un joli sourire malsain, elle salue ses parents. avant de lever doucement sa main dans laquelle se trouve un coutelas brillant. "maman, papa. je ne veux pas faire ça vous savez?" elle secoue la tête. tellement, tellement désolée qu'ils en soient arrivés là. elle ne le mérite pas, l'étincelle, elle ne mérite pas de se salir les doigts. mais déjà, la mélodie reprend. et les murs chantent avec elle l'air sanglant. "when the blazing sun is gone" chuchote-t-elle comme un secret, les yeux rivés sur sa mère qui semble interdite. ne comprend-t-elle pas le monstre qui remue dans son estomac? triste mythe que celui-ci. et voilà sparks, la jolie sparks de seize ans, au sourire étincelant. la jolie sparks qui sent la bile remonter dans sa gorge alors qu'elle voit sa mère pleurer. maman qui ne pleure jamais. maman qui est forte. et voilà qu'elle s'effondre, la faible, voilà qu'elle se tient l'estomac comme si le monde venait de tomber sur elle. et son dos qui se fracasse contre le mur blanc. et le bruit qui détruit la mélodie. twinkle, twinkle, good girl. the bad is gone. et les paroles qui s'emmêlent. sparks ferme les yeux. inspire. "when there's nothing..." elle les rouvre. les yeux sombres. l'air morbide. sourire malsain. et les canines qui brillent. elle va déchiqueter sa victime, la sauvage, comme un ours. "... he shines upon. then you show your little light, twinkle, twinkle, through the night." les paroles s'entrechoquent sur ses lèvres pincées alors qu'elle fait un nouveau pas. elle entend déjà la respiration saccadée de papa qui arrive au pas de course. il court si vite, si vite. et il va s'en vouloir, si fort, si fort. de ne pas arriver au bon moment alors que sparks s'agenouiller devant sa mère en marmonnant sa mélopée. et maman ferme les yeux, à son tour, pour se laisser bercer alors que le couteau vient lui trancher la gorge. le sang qui dégouline sur les doigts innocents de l'indomptable. macabre pantin qui semble s'abreuver à la source. triste dénouement pour la famille parfaite. "twinkle, twinkle, little star, how i wonder what you are !" sparks tente, un instant, d'effacer le sang sur ses doigts. puis ses cheveux glissent devant ses prunelles vertes et c'est l'anarchie totale. l'hémoglobine s'accroche à ses mèches rebelles, coule sur ses joues, et bientôt, une longue empreinte apparaît sur son visage de bambin. "in the dark blue sky so deep through my curtains often peep for you never close your eyes..." papa entre. il la regarde et voit enfin le cadavre. et la comptine infernale continue de se répercuter sur les murs tâchés. il murmure, pourquoi, pourquoi, mais sparks ne cesse jamais de chanter la jolie complainte que svetlana lui a apprise. et à son tour, il ferme les yeux dans une flaque décevante, d'un ocre dégueulasse que sparks ne touche même pas. il n'a pas suivi le conseil, pense-t-elle, il méritait son triste sort. "twinkle, twinkle, little star, how i wonder what you are." chuchote-t-elle alors une dernière fois en se dirigeant d'un pas tranquille vers la douche ou elle laissera bientôt l'eau la nettoyer. puis elle appellera la polie, mortifiée, parce que maman et papa ont été tués. et elle cachera le couteau pour son prochain méfait. "twinkle, twinkle, little star, how i wonder what you are."

chapter ii - et elle court, la sauvage. ses dents se fracassent les unes contre les autres alors qu'elle sert la mâchoire, bien décidée à sortir de son enfer. sur les murs décharnés de sa prison cabossée, le trois cents soixante-cinquième jour s'est inscrit d'un trait blanc. alors elle a mis son plan à exécution. il est parfait. si parfait qu'il ne peut que réussir. si parfait que rien ne pourrait l'arrêter. elle a pensé à tout, aux dalles qui recouvrent le sol et qui glacent ses pieds nus, aux murs qui chuchotent sur son passage pressé. ses cheveux attachés d'un morceau de ficelle qu'elle a chèrement payé. et son sourire. son sourire surtout. elle sent ses lèvres pincées se mouver pour former un joli sourire carnassier. "eh, l'étincelle? tu vas ou comme ça?" elle tourne la tête vers l'intrus, prête à le mordre. la sauvage sent ses griffes s'échapper de ses doigts, grignoter sa peau, et elle hurle de l'intérieur tant la transformation est douloureuse. invisible. cinglée. ils n'ont pas cessé de le répéter. elle sort les canines, l'imprévisible. et elle le voit par delà les barreaux. les cheveux en bataille. les yeux marrons. l'air innocent. le sourire joueur. il a ce visage enfantin des gens qui n'ont plus rien à perdre. si elle est alice, alors il est peter. et il sautille, le gamin, tant heureux d'avoir trouvé quelqu'un à qui parler. un instant, sparks se laisse à penser que les murs ne doivent pas lui répondre bien souvent. "je m'enfuis." elle répond. comme ça. c'est brut, c'est volcanique, ça roule sur sa langue comme un peu de lave. c'est une grande constatation qui ne lui fait pas froid dans le dos. elle s'enfuit. parce qu'elle étouffe entre les barreaux serrés. et les manches de sa camisole imaginaire qu'elle n'arrive plus à enlever. comme c'est triste, d'être obligée de courir dans le sens inverse. la lumière lui avait promis un miracle mais il ne vient pas, il ne vient pas et ça résonne dans sa poitrine. le vide. le vide de croyance. le vide de tout. "et tu t'appelles comment?" il la questionne sans se soucier de sa première réponse. comme si c'était tout à faire normal. il a l'air malin, le petit. alors elle répond toujours aussi tranquillement, comme si le temps s'était arrêté. parce qu'il l'est. arrêté. depuis un an. depuis le feu qui ravageait ces cadavres purulents. depuis que maman a hurlé à la mort de venir la chercher car papa était pendu au dessus de la cheminée. triste, ô triste épopée d'alice qui n'a pas su arrêter la lumière. "sparks. briséis sparks." et ses grands yeux marrons semblent s'ouvrir d'un coup. il a l'air étonné, en réalité. et presque content de la rencontrer. il la connaît. le sentiment qui naît alors dans sa poitrine a le goût amer de la curiosité. ses pieds nus la mènent tout droit devant le grand rideau de fer qui la sépare du chat de cheshire mais elle ni prête pas attention. son corps tout entier s'abaisse devant l'inconnu, d'une courbette condescendante comme elle en a elle seule le secret. "la fille qui a tué sept personnes avant de foutre le feu à sa classe? coooool." et le mot cool continue de ricocher sur son palais pendant deux secondes au moins. elle s'amuse, elle aussi, d'un petit sourire en coin, fier. c'est pas souvent qu'on la félicite pour être un monstre. on ne l'a jamais fait. les gens reculaient. les menottes au poignet, sur son trente-et-un, si jolie la poupée car elle avait tout préparé. toute belle dans sa robe indécemment rouge. "et toi?" la sauvage demande rarement des comptes, la population humaine n'est en rien une science exacte et c'est pour cela qu'elle ne la supporte pas. mais ce garçon a l'air hors norme, d'une pureté bafouée. elle sent qu'elle va l'aimer. "galaad. dealer pro." qu'il lance, tout joyeux, avant de lui tendre une main qu'elle serre. il fout en l'air son plan, à la fille du diable, mais elle n'en a cure parce qu'elle s'amuse. et ça fait un an, bon dieu, qu'elle ne s'amuse plus.  les murs, comme elle l'a pensé plus tôt, ne parlent que très peu. ils chuchotent, sans jamais cesser le capharnaüm qu'ils produisent, mais jamais ne discutent. on lui a souvent dit que c'est tout simplement parce qu'ils étaient timides. "t'as le temps pour une blague?" qu'il demande doucement en posant son front sur les barreaux, les mains fermement accrochées et l'air rieur. elle hoche la tête, l'indécente muse, en s'approchant à son tour pour entendre ce qu'il a à dire. "c'est un hippopotame qui..." des bruits de pas font taire le clown. il prend un air grave et lui lance un regard. c'est un regard si particulier, comme s'il était né avec ces yeux-là, ouverts si elle veut courir, c'est le moment. mais elle hausse les épaules pour entendre la fin. quelle triste dénouement pour son plan parfait, voilà qu'un hippopotame fait tout foirer. "bah c'est un hippopotame qui va dans une tente. tu sais ce qu'il fait?" elle le regarde droit dans les yeux, avant de dire "non" avec un air concentré. elle a un humour déployable, la muse. "il hippocampe." les pas se rapprochent et se mêlent au rire de la môme qui résonne. c'est la blague la plus idiote qu'elle n'a jamais entendue mais c'est si bon, c'est si léger. le monde est si dur, dehors, si compliqué, et voilà que galaad l’électrocute. il est frais. il est tellement déconnecté de la réalité. alors elle rit. et quand les hommes l'attrapent, les éclats de sa joie continuent de danser sur les surfaces planes de la prison du garçon. 

chapter iii - le cadavre en putréfaction ne cesse de se mouver à la manière d'un asticot. il se secoue terriblement au sol alors qu'elle jure de son incapacité à tirer. elle ne le connaît pas. elle ne l'aime pas. il est mort, mort, mort. mais elle n'a plus de balle. alors elle recule. et elle cherche désespérément son coutelas dans sa botte. il est là, pourtant, il est toujours là. c'est comme un trophée que de le garder, comme un rappel. la lumière. sept démons. l'insanité qui lui dévore les os. il est bon de se remémorer pourquoi l'on est fou, pourquoi l'on se bat. il est bon, parfois, et il est mauvais. il est mauvais d'oublier notre combat, nos lois, nos états d'âme invisibles. elle secoue la tête. le manque léger entre ses doigts, elle sort son d'arme d'un geste vif. le combat rapproché est inutile : elle serait alors en position de faiblesse évidente et ne mettrait pas une minute avant d'être mordue par le serpent humaine. cependant, un jet de couteau serait approprié et sans nul doute plus qu'efficace. il lui suffit d'y arriver. d'un geste sec du poignet. "allez. sparks. t'as déjà fait ça." qu'elle chuchote, démente. ses doigts tremblent sur le manche. si elle se rate, elle devra fuir, et quelle plus grande défaite que de courir dans le sens inverse, abandonnant son trophée à de la chair putréfiée. elle passe sa main libre sur son visage et inspire un grand coup en visant le rôdeur qui se démène encore pour avancer et l'atteindre. elle cesse de bouger. elle pense à la lumière qu'elle a enfermée dans une cellule pour la droguer. elle pense à galaad qui doit être en train de la chercher. elle pense à la tablette de chocolat qu'elle vient de voler et qui lui a permis de rencontrer ce rôdeur plutôt futé. elle pense au plaisir du sucre sur sa langue. le doux-amer sur son palais. le couteau fuse. pleine tête. sourire satisfait de l'enfant qui regarde la bête agoniser avant de rattraper son coutelas et son pistolet. il est à peine plus grand qu'elle et elle lui a déjà retiré les bras et les jambes par quelques coups de desert eagle, persuadée d'avoir assez de munitions. ce n'était pas le cas. il était surement beau garçon, elle le sait parce qu'il était mort depuis peu, et un morceau de son visage restait intact. séduisant. mortellement beau. et mort tout court, à présent. "game over." lance-t-elle alors, joyeuse, avant de reprendre son chemin de l'autre côté. elle a déjà oublié, la sauvage, que la bestiole avec laquelle elle s'amusait était un mot malade. triste réalité dans laquelle elle s'est amputée de son coeur, le trouvant trop lourd à transporter pour survivre dans la nature hostile.

démente. folle. cinglée. apocalyptique.
© all right awatg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lenke Dezso
a walk among the graves + red right hand
MESSAGES : 557
INSCRIPTION : 05/04/2015
CRÉDITS : babine
DISPONIBILITÉ RP : (0/2) desmond + anka + balty + sully + andy.
LOCALISATION : la prison avec les fous. avec la reine au regard de feu, aux mains fragiles. au visage parfait. son obsession. son fantasme. son bras droit.

MessageSujet: Re: (i can't drown my demons, they know how to swim.) Mer 10 Juin - 19:29

OH. Bienvenue petite femme sous mon joug
J'aime déjà le début de ta fiche, ta plume est vraiment sublime et hâte d'en savoir plus sur la petite rousse

_________________

we were born to die
Don't make me sad, don't make me cry sometimes love is not enough and the road gets tough i don't know why. Keep making me laugh, let's go get high The road is long, we carry on. Try to have fun in the meantime ©️ all right awat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: (i can't drown my demons, they know how to swim.) Mer 10 Juin - 19:40

Bienvenue par ici Briséis (mon dieu, j'aime ce pseudo )
Si tu as des questions, n'hésite pas !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Anka Eide
a walk among the graves + red right hand
MESSAGES : 58
INSCRIPTION : 09/06/2015
CRÉDITS : blomkvist
DISPONIBILITÉ RP : dispo (1/2) lenke + ?
LOCALISATION : prison. gorge enserrée, poignets liés. parmi les sauvages, elle règne.

MessageSujet: Re: (i can't drown my demons, they know how to swim.) Mer 10 Juin - 19:42

Bienvenue Je veux juste dire que ta plume est tout simplement dingue . Et le choix du pseudo et de l'avatar

_________________
    INFERNO
    △ I know everything you don’t want me to. I wish you’d hold me when I turn my back. The less I give the more I get back. Your hands can heal, your hands can bruise. I don’t have a choice but I’d still choose you. I don’t love you but I always will
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Sterre Vujicevic
a walk among the graves + funnel of love
MESSAGES : 269
INSCRIPTION : 12/04/2015
CRÉDITS : pathos.
DISPONIBILITÉ RP : disponible. (2/2)
LOCALISATION : les routes pavées, les rues désertes, les bois secs, mais par dessus tout, la triste église de greenville et son immonde cimetière.

MessageSujet: Re: (i can't drown my demons, they know how to swim.) Mer 10 Juin - 19:46

Bienvenue sur le forum. Le début de ta fiche est sublime et ton personnage l'est tout autant.

_________________

LOOKING FOR A MIRACLE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Briséis Sparks
a walk among the graves + red right hand
MESSAGES : 45
INSCRIPTION : 10/06/2015
CRÉDITS : twisted lips
DISPONIBILITÉ RP : toujours.
LOCALISATION : jolie prison dont elle connaît les moindres recoins, nouvelle alice au pays des merveilles : briséis au pays des condamnés.

MessageSujet: Re: (i can't drown my demons, they know how to swim.) Jeu 11 Juin - 18:51

merci, vous êtes des amours.
je suis amoureuse de vos avatars, mon dieu. :mdr2: mads, taylor, milla et gillian.
(c'était le moment ou je meurs d'admiration, voilà. )
encore merci.

_________________

she's the giggle at a funeral
if i'm a pagan of the good times. my lover's the sunlight. to keep the goddess on my side, she demands a sacrifice. no masters or kings when the ritual begins, there is no sweeter innocence than our gentle sin. in the madness and soil of that sad earthly scene, only then i am human, only then i am clean. ©️ all right awatg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Evangeline Vaughn
a walk among the graves + shades of cool
MESSAGES : 220
INSCRIPTION : 05/04/2015
CRÉDITS : mars.
DISPONIBILITÉ RP : 1/3
LOCALISATION : les alentours de greenville depuis peu. elle erre. elle est ici et là. nulle part et partout à la fois.

MessageSujet: Re: (i can't drown my demons, they know how to swim.) Jeu 11 Juin - 22:27

la citation du titre... BTH
bienvenue à toi par ici, je ne peux qu'être du même avis que mes vdd, ta plume est magnifique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Briséis Sparks
a walk among the graves + red right hand
MESSAGES : 45
INSCRIPTION : 10/06/2015
CRÉDITS : twisted lips
DISPONIBILITÉ RP : toujours.
LOCALISATION : jolie prison dont elle connaît les moindres recoins, nouvelle alice au pays des merveilles : briséis au pays des condamnés.

MessageSujet: Re: (i can't drown my demons, they know how to swim.) Ven 12 Juin - 22:46

oh, merci beaucoup. ce choix d'avatar.

_________________

she's the giggle at a funeral
if i'm a pagan of the good times. my lover's the sunlight. to keep the goddess on my side, she demands a sacrifice. no masters or kings when the ritual begins, there is no sweeter innocence than our gentle sin. in the madness and soil of that sad earthly scene, only then i am human, only then i am clean. ©️ all right awatg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: (i can't drown my demons, they know how to swim.) Sam 13 Juin - 0:01


bravo tu es validé
tu pourras bientôt jouer sur le fo
Ton personnage est sublime (et me fait bien peur ). Tueuse de sang-froid, complètement retirée Je sens que tu vas nous faire des trucs de fous en rp, puis ta plume est juste magique Je te valide donc !

Bravo petit padawan, tu es maintenant validé et tu pourras venir te faire manger par les rôdeurs. Il y a pourtant quelques petits endroits que tu dois visiter pour faire un bon séjour parmi nous.

✝️ Pense d'abord à remplir correctement ton profil et à regarder le bottin des avatars pour vérifier si les parfaits admins n'ont pas oublié d'y ajouter ta tête. Aussi, va vérifier s'ils t'ont bien ajouté à l'annexe de ton groupe.
✝️ Tu peux passer dans la gestion du joueur, il y a des codes de signatures et quelques petits points qui pourront t'être utiles.
✝️ Pense à te créer une fiche de lien et de rp. Si tu as envie, il y a des fiches de post rp à disposition, sinon veille à ne pas déformer le forum. Ce n'est pas plus de 440px de largeur.
✝️ Si tu as le temps, laisse un petit commentaire sur PRD et bazzart de temps en temps pour faire venir de nouveaux membres Tu peux aussi voter sur le top-site toutes les deux heures.
✝️ Surtout amuse-toi comme un dingue sur le forum.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Briséis Sparks
a walk among the graves + red right hand
MESSAGES : 45
INSCRIPTION : 10/06/2015
CRÉDITS : twisted lips
DISPONIBILITÉ RP : toujours.
LOCALISATION : jolie prison dont elle connaît les moindres recoins, nouvelle alice au pays des merveilles : briséis au pays des condamnés.

MessageSujet: Re: (i can't drown my demons, they know how to swim.) Sam 13 Juin - 0:02

briséis est là juste pour faire peur donc je suis heureuse que ça marche.
merci beaucoup.

_________________

she's the giggle at a funeral
if i'm a pagan of the good times. my lover's the sunlight. to keep the goddess on my side, she demands a sacrifice. no masters or kings when the ritual begins, there is no sweeter innocence than our gentle sin. in the madness and soil of that sad earthly scene, only then i am human, only then i am clean. ©️ all right awatg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (i can't drown my demons, they know how to swim.)

Revenir en haut Aller en bas

(i can't drown my demons, they know how to swim.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» i can't drown my demons, they know how to swim.
» Marmotte le jour, petit démon la nuit
» Le point commun entre l'ange et le démon, c'est l'homme qui sommeille en eux.[PV Tristan]
» meera ✣ you've got your demons and they all look like me.
» Vente Demons du Chaos/Dark Angels/Empire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
✝ A WALK AMONG THE GRAVES  :: AU-DELÀ DES PORTES DE L'ENFER-