FERMETURE DÉFINITIVE DU FORUM À COMPTER DU 25/07.

Partagez|

INTRIGUE UNE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

THE STRAIN
a walk among the graves + born to die
MESSAGES : 120
INSCRIPTION : 24/11/2013
CRÉDITS : uc.
LOCALISATION : Au milieu des ténèbres, dans l'ombre des ruelles.

MessageSujet: INTRIGUE UNE Dim 28 Juin - 19:51


INTRIGUE UNE
GROUPE UN
Il est l'heure pour vous de débuter l'aventure, la vraie. Après avoir entendu le message radio de Clara, votre personnage décide d'aller à sa rencontre, à l'hôpital de Colombus. Malheureusement, une tempête vous divise de votre groupe et vous décidez d'abandonner Clara à son propre sort, voire aux autres membres du groupe avec lequel vous êtes partis, si c'était le cas. Vous trouvez un chalet, au milieu de la forêt et vous décidez de vous y abriter. Hélas, une fois à l'intérieur, vous vous retrouvez dans le noir total avec pour seul éclairage, votre lampe torche ou une flamme.
Malheureusement, vous n'étiez pas le seul à vous abriter dans cette grande cabane de bois. Une fois rentré, vous vous retrouvez nez à nez avec d'autres survivants.

Lieu : Le chalet.
Heure : 21:00 (tombée de la nuit).
Météo : pluie, tempête, orage, 26°C.

Pour cette première intrigue, vous serez le groupe un de l'intrigue une ; intrigue que vous avez choisi. Il vous est donné un ordre de passage et des explications, ci-dessous, sur le déroulement de l'intrigue. En cas de question, veuillez contacter Sterre Vujicevic.

ORDRE DE PASSAGE
Briséis Sparks
Giulietta Leto-Ortega
Malcolm McManus
Adelaide Maximoff
Jules Durand

Wolf Stevenson
Scar Thompson

Il n'y a, contrairement à ce qui était annoncé, aucun lancer de dès à faire. Un PNJ interviendra à tout moment dans ce sujet pour vous annoncer le déroulement des choses, mais aussi pour s'en prendre à votre personnage. Après chaque fin de tour (soit après lorsque Jules a posté son message), le PNJ interviendra et vous dira quoi faire. Pour l'heure, votre premier post doit parler de l'arrivée de votre personnage dans le chalet. Vos personnages arrivent dans le chalet dans le même ordre ci-dessus, soit Briséis Sparks, Giulietta Leto-Ortega, Malcolm McManus, Adelaide Maximoff, Jules Durand, Wolf Stevenson qui, lui, sera le dernier à entrer dans le chalet. Il vous faudra donc écrire son arrivée, mais aussi sa réaction face aux autres personnages, exceptée pour Briséis qui, elle, arrive la première au chalet.

En cas de non-réponse de la part d'un joueur, deux jours après la réponse précédente, vous pouvez poster et faire bouger son personnage. Si vous souhaitez quitter l'intrigue, vous pouvez le faire à tout moment en faisant fuir votre personnage du lieu et en prévenant Sterre Vujicevic de votre décision. Une absence d'une semaine à l'intrigue vous fera exclure de celle-ci.

Bonne chance à vous et bon jeu.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Briséis Sparks
a walk among the graves + red right hand
MESSAGES : 45
INSCRIPTION : 10/06/2015
CRÉDITS : twisted lips
DISPONIBILITÉ RP : toujours.
LOCALISATION : jolie prison dont elle connaît les moindres recoins, nouvelle alice au pays des merveilles : briséis au pays des condamnés.

MessageSujet: Re: INTRIGUE UNE Lun 29 Juin - 0:17

peu désireuse de mourir d'une bourrasque, briséis ne se fait pas prier pour quitter le parfait petit groupe. clara, douce clara dont elle a entendu la voix. immédiatement happée par la simplicité de son ton et donc, par extension, de sa pureté, briséis n'a pas eu d'autre choix que de s'armer et d'appeler galaad pour l'informer de son plan ingénieux. le garçon, peu désireux de sortir, lui annonça qu'il ne viendrait pas. briséis s'en fichait : elle allait avoir une nouvelle victime pour jouer. mais voilà. les bourrasques s'insinuent sur son corps de porcelaine, la pousse à reculer et c'est sans trop de remords qu'elle quitte les inconnus au bataillon.

elle marche longtemps, couteau d'une main et desert eagle récupéré de son vieux massacre, avant d'apercevoir la douce et délicate silhouette d'une cabane en bois. elle est grande, la cabane, assez pour l'abriter le temps de la tempête. tout fière de son idée, la sauvage reprend son chemin au pas de course vers la charmante demeure. elle sait que les miracles ne viennent jamais seuls et elle peut déjà sentir les monstres qui l'accueilleront alors qu'elle raffermit sa prise sur son arme. "que le jeu commence", lâche-t-elle en poussant doucement la porte, qu'elle referme tranquillement derrière elle, les yeux à l'affût du moindre mouvement. et avant même d'avoir pu dit ouf, vérifiant sagement qu'il n'y a pas d'âme qui vive, l'insolente se met en quête de biens précieux à dérober, l'arme à la main et un sourire fou sur les lèvres.

_________________

she's the giggle at a funeral
if i'm a pagan of the good times. my lover's the sunlight. to keep the goddess on my side, she demands a sacrifice. no masters or kings when the ritual begins, there is no sweeter innocence than our gentle sin. in the madness and soil of that sad earthly scene, only then i am human, only then i am clean. ©️ all right awatg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Giulietta Leto-Ortega
a walk among the graves + shades of cool
MESSAGES : 34
INSCRIPTION : 16/06/2015
CRÉDITS : sur avatar
DISPONIBILITÉ RP : Archi dispo
LOCALISATION : Erre ici et nul part

MessageSujet: Re: INTRIGUE UNE Lun 29 Juin - 9:47


« Je viens avec toi ! » s’exclama Shane pour la énième fois. Depuis que le monde est partit en vrille –et s’était clairement le case de le dire- il jouait les parfaits protecteurs, ce qui avait le don de m’énerver. Ne voulant pas créer une autre dispute, je préférais ne rien répondre. Il avait les armes à feu, dont je ne savais pas me servir tandis que moi j’étais armé d’un simple couteau, dont je ne savais pas plus me servir quoi qu’il en soit. On partit en direction de Colombus. J’aurais voulu passer par la route. C’était plus sûr. Moins flippant. Mais Shane m’expliqua que par la forêt ce serait plus beaucoup plus rapide. Génial ! Il m’accompagnait de force et en plus, c’est lui qui décidait du chemin à prendre. Plus les heures passaient, plus je trouvais le temps long. Et la pluie commençait à s’abattre. Le vent s’était levé ce qui n’apportait rien de bon. C’est comme ça que je perdis la trace de Shane.

J’arpentais donc la forêt. L’idée était de trouver un endroit où se planquer pour attendre la fin de la tempête. Mon couteau à la main, je me retournais au moindre petit bruit. J’étais une peureuse née, ce n’était pas un secret. Puis, comme par magie, je vis au loin une cabane. J’accélérais le pas pour l’atteindre plus rapidement. Je serrais mon couteau fort. Très fort même. Devant la porte de la cabane, j’eus un moment d’hésitation. Je ne savais pas vraiment ce que j’allais trouver à l’intérieur. Ma première idée fut de toquer à la porte, comme on avait pu le faire auparavant pour voir s’il n’y avait pas de rodeur mais je me ravisai. Je sortis ma lampe torche, l’alluma puis ouvrit la porte. Je tremblais à moitié mais j’essayais de me convaincre que c’était à cause du froid. Je refermais la porte et vit une personne qui était en train de fouiller la cabane. Méfiante, beaucoup trop méfiante, je la regardais quelques secondes, avant de balancer :

« Bonjour ! » Je marquais une brève pause, avant de demander : « Vous êtes qui ? »

Je gardais la fille bien en vue. Ce n’était pas plus rassurant de trouver d’autres êtres humains. On ne sait pas qui ils sont, ni de quoi ils sont capable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Malcolm McManus
a walk among the graves + funnel of love
MESSAGES : 112
INSCRIPTION : 12/06/2015
CRÉDITS : bismuth
DISPONIBILITÉ RP : busy (3/3) snezhana + sterre + leona + l'intrigue
LOCALISATION : quelque part près de l'Eglise.

MessageSujet: Re: INTRIGUE UNE Mar 30 Juin - 21:56

Un message qui tourne en boucle. Une demoiselle en détresse, comme tout droit sortie d'un scénario de film. Malcolm aurait voulu l'ignorer, mais impossible. Lorsque l'idée de former un groupe afin d'aller lui porter secours a traversé le camps, Mal a pris bien soin de ne jamais trop s'approcher des discussions. Mais c'était sans compter sur sa petite blondinette de fille. Elle ne lui a pas demandé d'y aller, elle le lui a ordonné. Jouant sur ses sentiments, sa gamine n'a pas mis long avant de convaincre son père de prendre part à l'expédition. Alors au fond il a envie de maudire sa gosse, parce que c'est clairement de sa faute s'il se retrouve là comme un con, mais il y arrive pas. Putain d'amour paternel inconditionnel ! « Temps de merde. Idée de merde. » Il ronchonne tout en marchant, affrontant le vent et la pluie. Qu'est-ce que ça lui manque ses soirées sur son canapé, avec une bonne grosse couverture, bien chaude, et sèche...
Alors quand il aperçoit ce petit chalet, Malcolm a l'impression que c'est une apparition providentielle. Il réfléchit pas plus que ça, et alors qu'en temps normal il l'aurait évité, ce soir il se dirige droit sur lui. C'est son corps que le lui demande, il a juste envie d'être à l'abri, et qui sait de peut être pouvoir dormir quelques heures. Alors lorsqu'il ouvre la porte, il espère juste que le reste de son camps, ceux qui ont pris l'autre chemin, s'en sortent mieux que lui. Piolet en main, Mal se fige lorsque ses yeux se posent sur les silhouettes de deux jeunes filles. Il ressemble presque à un animal, les muscles tendus, prêt à attaquer. Pas que les deux gamines l'intimident, mais il se méfie de tout et de tout le monde aujourd'hui. Et en guise de salutation il se contente d'un grognement, hésite un instant, puis tente le coup. « Je vous veux aucun mal, j'veux juste passer la nuit au sec, et demain je repars. » Il tend les mains devant lui, son emprise se faisant plus lâche sur son arme. Il sait pas trop si elles squattent là officiellement, mais il préfère se la jouer courtois, sans pour autant trop relâcher sa garde.

_________________

The problem is, fairytales don't come true.


It's the nightmares that always seem to become the reality.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: INTRIGUE UNE Jeu 2 Juil - 22:57

Il voulait l'emmener avec elle, histoire de garder un œil sur sa tignasse platine, de la sentir près de lui. Là où aucun danger ne pourrait se profiler à son encontre. Pas avec lui, plus avec lui. Il était assez perplexe à l'idée de la laisser à la base, là où une poignée de militaires lui ferait bien la peau. Et au final, il le comprend très bien. Il tient à elle, c'est certain, et cela dure peut-être depuis des années. Mais finalement, il est rassuré qu'elle ne soit pas là. Parce que c'est la merde. Il était censé partir en équipe secourir une certaine Clara, résultat le groupe s'est scindé en deux, et de sa demi-équipe, il ne peut garder un œil que sur lui. En bref, il est seul, paumé dans la forêt alors qu'une pluie torrentielle s'abat  sur tous les alentours.

Autant dire qu'il est sur les dents. Tous les éléments se dresse contre lui : ses cheveux mi-longs lui tombent lourdement sur les yeux, il patauge  dans une espèce de gadoue dégueulasse, et comble de la connerie, le vent se met à bousculer les branches des arbres, ces mêmes branches qui, en se frottant les unes contre les autres, lui font miroiter l'image d'un rôdeur se faufilant derrière lui. Heureusement, il reconnaît une bâtisse à quelques pas, une bâtisse dont il choisit de faire le tour. Il est dans le noir, ne se sent plus si désorienté, et ose cogner contre une paroi de l'édifice, histoire d'ameuter les potentiels indésirables. R.A.S. Il renforce l'étreinte qu'il exerce sur le manche de Nikita, lame vers le bas, prêt à embrocher un crâne. Tout doucement, il ouvre la porte, et contrairement à ce qu'il pensait, il voit des silhouettes se tourner vers lui. Ni une ni deux, il fait basculer son couteau de sorte à le prendre par la lame, et se tient près à le lancer. Il se rend finalement compte qu'aucune de ces silhouettes ne semblent déjà mortes, au contraire. Il croit voir dans un éclat de tonnerre le reflet d'une arme à feu, aussi il manie son poignard avec plus de souplesse. Il ne veut tuer personne. Pas encore. « Euh, salut ? » Il ne sait pas quoi dire, il ne veut juste pas se faire fusiller sur place pour avoir pousser une putain de porte. « Je compte pas m'éterniser, c'est juste qu'avec la tempête... J'imagine qu'on est tous dans la même galère, alors... » Jules se déplace lentement, les mains toujours levées pacifiquement, et se laisse tomber dans un coin, inoffensif. Le type ose même sourire, dévoilant sa fossette, et puis se tait, parce qu'il a le sentiment d'avoir trop ouvert sa gueule. Deux nanas, et un type plutôt massif, qu'il préfère surveiller en priorité. Rapport à la force, ou un truc du genre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Wolf Stevenson
a walk among the graves + shades of cool
MESSAGES : 26
INSCRIPTION : 30/06/2015
CRÉDITS : Shiya
DISPONIBILITÉ RP : 0/3
LOCALISATION : Ici, ailleurs, partout, nulle part.

MessageSujet: Re: INTRIGUE UNE Ven 3 Juil - 9:10



Une voix. A peine un murmure crachoté par sa radio qui a rendu l'âme juste après, il y a une survivante à Colombus qui a eu la riche idée de se réfugier dans un hôpital. Ce n'est pas l'altruisme qui a mis Wolf sur la route pour aller à la rencontre de cette bonne femme qui semblait réclamer de l'aide. Un hosto, c'est une aubaine. La chance d'y dénicher des médocs, et les médocs, en ce moment, c'est le meilleur objet de troc. Sans compter que ça peut aussi servir à se débarrasser de gêneurs. Le problème était que ce message avait du être intercepté par d'autres, Wolf devait aller vite. Il avait levé le camp et s'était mis en route après le décès de sa radio. Selon la carte de l'état qu'il avait chopé dans une station service, il pourrait faire une halte dans un refuge situé en pleine forêt. Trop occupé à adopter un rythme de marche soutenu et régulier, Wolf avait négligé le ciel se contentant de la température relativement chaude. Mal lui en pris. C'est pestant et maugréant qu'il se retrouve pris dans une tempête aussi soudaine que violente.
Une pluie diluvienne tombait des nuages lourds et plombés. Caa risquait de durer plusieurs heures ce temps de chiottes et la halte qu'il avait prévu dans ce foutu chalet devenait urgence vitale. Le vent violent arrachait les branches les plus fragiles des arbres, la boue envahissait le sous-bois, la pluie assourdissait le moindre son. Wolf Stevenson allait avoir besoin de ce fichu refuge.

A travers les troncs épais, enfin, il distingue la forme sombre du chalet mais son sourire est de bien courte durée. De sa position, Wolf aperçoit une lueur qui vacille à travers les fenêtres closes. Il y a des squatteurs, morts ou vifs, et ça l'emmerde profondément. Attachant ses longs cheveux détrempés et dégoulinants de flotte en une queue de cheval sommaire, il se courbe pour faire le tour du bâtiment. Pas de chausse-trappes ou de quelconque piège ou signal d'alarme, pas d'installation supplémentaire du genre sédentaire, pas de zombie prêt à vous tomber sur le râble...c'est déjà ça de gagné. Ces murs n'appartiennent donc à personne et ne sont occupés que provisoirement. Malgré la pluie, il distingue de profondes empreintes dans le sol boueux. D'après ces traces, il peut déjà tabler sur la présence de deux personnes. Les creux dans le sol sont réguliers et plutôt nets, rien à voir avec les traînées paresseuses des macchabées. Des vivants, donc...il aurait préféré des morts, ils font moins chier que ses semblables. Raffermissant sa prise sur la sangle de son arbalète se balançant sur son flanc afin qu'elle attire suffisamment l'attention de tous pour qu'ils ne se soucient pas de ce qu'il peut bien planquer sur lui, Wolf pousse la porte non sans laisser pénétrer une rafale de vent accompagnée de pluie avant de la refermer rapidement sans tourner le dos aux deux nanas et aux deux gars déjà présents.
Le regard pâle de Wolf se pose sur chacun des protagonistes qui se sont posés de manière suffisamment éloignés les uns des autres pour lui signifier qu'ils ne se connaissent pas. Parfait. Y a rien de pire que les groupes unis qui font front. Là, ils sont tous dans la même putain de galère, à devoir se coltiner la présence d'inconnus qui n'ont pas l'air bien jouasses à l'idée de psychoter peut-être toute la nuit par crainte de se faire dépouiller. Ni bonjour ni explication ne sortent des lèvres fines de Wolf, il n'a jamais été un modèle de politesse avant le Z Day, c'est pas maintenant que ça va changer. Il lève juste les mains, paumes tournées vers le groupe afin de leur montrer qu'il n'est pas armé, et il va se planter dans un coin du refuge. Posant sacs et arbalète au sol, Wolf s'accroupit juste à côté, bras croisés sur ses genoux, parfaitement quiet en apparence...en apparence, car pour être un enfant de salaud, il sait ce qu'un salaud peut être capable de faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

LE RÔDEUR
a walk among the graves + born to die
MESSAGES : 2
INSCRIPTION : 29/06/2015

MessageSujet: Re: INTRIGUE UNE Ven 3 Juil - 12:39

Au loin, la tempête fait rage et se déchaîne autour du chalet. Y sortir, c'est prendre le risque de mourir. Vous vous retrouvez donc coincés avec cinq autres survivants. Libre à vous désormais de faire connaissance avec ces étrangers. Mais faut-il encore que ces quatre individus qui vous entourent soient amicaux, bien évidemment.

ORDRE DE PASSAGE : Briséis, Giulietta, Malcolm, Jules, Wolf.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Giulietta Leto-Ortega
a walk among the graves + shades of cool
MESSAGES : 34
INSCRIPTION : 16/06/2015
CRÉDITS : sur avatar
DISPONIBILITÉ RP : Archi dispo
LOCALISATION : Erre ici et nul part

MessageSujet: Re: INTRIGUE UNE Mar 7 Juil - 18:12

Avant que la fille ait pu me répondre, d’autres personnes étaient arrivées dans le chalet. Je les regardais attentivement, sans rien dire. J’éteignis ma lampe torche, histoire de ne pas trop utiliser les piles et la rangea dans mon sac. Je restais près d’une fenêtre, ne disant rien. La pluie continuait de tomber de plus en plus fort. J’avais envie de sortir mais c’était beaucoup trop risqué. Je soupirais quelque peu avant de me retourner vers les autres. J’espérais que l’un d’entre eux ait une bonne idée. Discrètement, je vérifiais également que mon couteau était à porter de main. Je n’étais pas le genre de fille à baisser ma garde. Je me demandais où était Shane. Je m’étonnais même à espérer qu’il aille bien. De toute façon, là, il n’y avait rien à faire à part attendre que la pluie cesse. J’avais vraiment hâte de reprendre mon chemin en direction de Colombus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Malcolm McManus
a walk among the graves + funnel of love
MESSAGES : 112
INSCRIPTION : 12/06/2015
CRÉDITS : bismuth
DISPONIBILITÉ RP : busy (3/3) snezhana + sterre + leona + l'intrigue
LOCALISATION : quelque part près de l'Eglise.

MessageSujet: Re: INTRIGUE UNE Sam 11 Juil - 18:39

Si se retrouver face à deux gamines ne semblait pas particulièrement dangereux au premier abord, voir deux autres types débarquer dans le coin change un peu la donne. Pas que pour Malcolm deux filles soient forcément de délicates petites fleurs inoffensives, mais pour lui ça restait un peu plus difficile de se méfier totalement face à leurs silhouettes graciles. Enfin le premier à entrer après lui, semble adopter la même technique que lui. Parler peu, se présenter comme un pacifiste qui ne veut que passer la nuit là et repartir sans poser de problème. Mal, adossé au mur, son piolet désormais accroché à sa ceinture, mais sa main ne se trouvant pas trop loin au cas où, ne déserre pas les dents. Il se contente d'un mouvement de la tête, qui en traduit donnerait un truc dans le goût du "ok", avec un petit sous-entendu dans le genre du "mais tu m'approches pas où j'te défonce la gueule". Oui Malcolm peut dire beaucoup de choses avec un petit hochement de tête... Et alors que dans sa petite tête, trois gugusses en plus de lui dans la pièce lui suffit largement, il voit la porte s'ouvrir à nouveau. Non, mais c'est la soirée portes ouvertes au chalet ou quoi ?! Et vlà un autre type, qui lui a l'air vachement moins commode, il sait pas trop dire pourquoi il a cette impression. Peut être parce que lui s'encombre pas d'une petite phrase, se contentant de s'installer l'air de rien dans son petit coin.

Et ils sont là, cinq personnes qui en apparence ne se connaissent pas, ils se toisent, s'étudient, tentent de savoir s'ils peuvent se faire confiance. Et alors qu'en temps normal, Mal aurait tendance à rester dans son petit coin, à se la jouer ours mal léché qui tire la gueule histoire qu'on l'approche pas, il se redresse, quittant l'appui agréable du mur dans son dos. « Bon, si on doit passer la nuit ici en mode pyjama party post-apocalyptique, j'propose qu'on se présente un minimum, histoire qu'on arrête de s'observer chacun dans son coin. » Il a fait quelques pas qui le mène au centre de la pièce, et il tourne sur lui-même histoire de regarder chaque personne dans les yeux. Ou du moins là où il imagine qu'ils se trouvent vu que l'obscurité rend les choses un peu compliquées. « J'm'appelle Malcolm. » A peine s'est-il présenté, qu'il a l'impression qu'il vient de faire un mauvais remake d'une session des alcooliques anonymes, mais bon tant pis. C'est pas comme si ces gens allaient devenir ses meilleurs amis et qu'ils allaient se faire des tresses dans les cheveux tout le reste de la nuit... Bref, en attendant il reste fixé sur Jules, attendant qu'il donne son nom à son tour.

_________________

The problem is, fairytales don't come true.


It's the nightmares that always seem to become the reality.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Wolf Stevenson
a walk among the graves + shades of cool
MESSAGES : 26
INSCRIPTION : 30/06/2015
CRÉDITS : Shiya
DISPONIBILITÉ RP : 0/3
LOCALISATION : Ici, ailleurs, partout, nulle part.

MessageSujet: Re: INTRIGUE UNE Mar 14 Juil - 9:13



La nuit promettait d'être longue. Ils étaient tous sur leurs gardes, méfiants, prêts à réagir au moindre coup fourré et foireux de l'un d'entre eux, une main guère éloignée d'une arme. Mais après, c'était de cette manière que l'on vivait dorénavant, depuis que les morts avaient envahis la surface de la planète et que les lois s'étaient effondrées. La vie était devenue une succession de mexican stand off où les menaces aussi présentes que discrètes étaient ce qui se rapprochait le plus de la diplomatie. Les heures à venir, confiné dans ce refuge soudain bien minuscule pour accueillir tant de personnes allaient être pénibles pour Wolf. Cette soudaine proximité avec autant d'inconnus accompagnée de cette atmosphère pesante commençait à lui mettre les nerfs en pelote. Machinalement, il porte la main à la poche intérieure de sa veste provoquant un chuintement presque délicat dans les plis d'un vêtement. Lentement, il sort un paquet de cigarettes, extirpe une sèche du paquet qu'il allume avec sérénité. L'homme le moins fiable en apparence est celui qui arbore l'attitude la plus détendue. Un sourire étire les lèvres de Wolf alors qu'il recrache un nuage de fumée grisâtre, c'est alors que l'un d'entre eux décide de briser la glace.
Sous les rafales de vent qui font vibrer les fenêtres, l'un des deux hommes - le plus massif - prend la parole et propose de faire une sorte de putain de tour de table pour savoir à qui on a affaire. Wolf ne peut retenir un bref reniflement amusé franchement méprisant en entendant cette initiatve. Ca peut être rassurant pour n'importe quel mortel mais aux yeux de Stevenson, c'est inutile.

Malcolm...Jules...apparemment, il est le suivant à en juger ces regards qui convergent soudain dans sa direction. Cigarette tenue entre l'index et le majeur, Wolf effleure silencieusement sa lèvre inférieure du pouce avant de soupirer longuement. A quoi ça sert que je réponde? Demain, je dégage et dans dix jours, je me souviendrais même plus de vos tronches. En comité plus restreint, Wolf aurait pu se comporter de manière plus civile mais pas face à quatre inconnus. Appuyant sa tête contre le mur, il lance un regard à travers ses paupières à demi-closes au boy scout massif à quelques mètres devant lui. Appeles-moi Obi Wan Kenobi, je m'en fous.

_________________
"Hier, nous étions les maîtres du monde. Aujourd'hui, nous sommes le peuple des lampes torches. Jusqu'à ce qu'il n'y ai plus de piles."
Cellulaire, S. KING

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Scar Thompson
a walk among the graves + red right hand
MESSAGES : 24
INSCRIPTION : 27/06/2015
CRÉDITS : © swan
LOCALISATION : Prison

MessageSujet: Re: INTRIGUE UNE Sam 18 Juil - 9:42


La radio continue de n'émettre que des grésillements, alors que tu continues de chercher une fréquence sur laquelle quelque chose d'intéressant pourrait être entendu. Rien. Uniquement du silence, entrecoupé par des parasites lorsque tu t'arrêtes sur une fréquence. Une perte de temps, voilà ce que c'est. Voilà trois jours que tu as quitté le camp à la recherche d'une planque intéressante, capable de fournir médicaments, nourriture et armes. Mais tout cela semble te filer sous les doigts, s'évanouissant dans la nature chaque fois que tu t'en approches. Tu commences à t'impatienter, à t'énerver pour un rien. A te dire que tu ferais mieux de rentrer dans ton camp, plutôt que de continuer ces recherches inutiles. S'il n'y a rien, inutile d'insister. Pas d'âme qui vive, pas de cache secrète emplie de trésors. Seulement des arbres, encore des arbres. Tellement d'arbres que tu ne sais pas si tu finira un jour par y sortir. Peut-être mieux vaut-il faire demi tour, revenir sur tes pas. De l'autre côté au moins, tu sais où est la sortie. Tu n'as pas cette foutue impression de tourner en rond comme un idiot.

Mais tu sens que tu as perdu quelque chose. Cette volonté d'avancer. C'est d'ailleurs pour ça que tu t'es installé contre un arbre, te contentant de jouer depuis presque une heure avec cette radio qui ne t'apportera aucune nouvelle du monde extérieur. Le monde extérieur est mort. Il n'y a plus rien à espérer de l'armée, des forces de l'ordre. Il n'y a jamais rien eu à espérer d'eux. Tu ne tiens pas à les voir débarquer, dans leurs uniformes débiles, les armes à la main, prêts à tuer tout ce qui bouge. Toi y compris. Condamné à mort. Voilà ce que tu étais avant l'épidémie, et voilà ce que tu es encore sûrement aujourd'hui dans la tête des autorités. S'il reste une quelconque autorité quelque part dans le pays. Retourner en prison ne t'intéresse pas. Du moins, y retourner en prisonnier. Sans pouvoir en sortir dès que tu le souhaites.

Perdu dans tes pensées, tu te contentes de jouer avec le bouton de la radio, faisant défiler les fréquences sans même prendre la peine de rechercher quoi que ce soit. Il n'y a rien. Du grésillement, du vide, et une voix. Ta main s'arrête subitement de jouer avec l'appareil, alors que tu écoutes attentivement le message. Une femme, qui demande à l'aide, à Colombus. Ce n'est pas ton boulot. Tu n'es pas de ceux qui recrutent ou font le ménage. Ton boulot, c'est de trouver des abris pour tes camarades, de la nourriture et des armes. Mais... Dans l'hôpital, sûrement y aura-t-il de nombreuses choses à récupérer. Des médicaments en pagaille, des bandages, des seringues. Tout le matériel d'un parfait petit médecin. Tu te redresses immédiatement, prêt à partir pour Colombia. Le pas léger, le sourire aux lèvres. Ta recherche n'est peut-être pas perdue finalement.

C'était sans compter sur la tempête qui vient de s'abattre. Une pluie démentielle, des orages zébrant le ciel. Et une obscurité à faire pâlir de peur n'importe qui. Tu avances à tâtons au milieu des arbres, tentant vainement de t'éclairer à la lampe torche. Ton regard balaie constamment le terrain autour de toi, prêt à actionner ton bras en cas de danger. Mais il n'y a rien. Seule la pluie s'abattant sans aucune pitié sur ton corps déjà trempé représente un quelconque danger pour toi. Et tu ne trouves toujours pas d'abri. Jusqu'à tomber sur un chalet. L'endroit idéal pour te protéger du froid. Sauf que des lumières, faibles, provenant de lampes torche, se font parfois apparaître par les fenêtres. Tant pis. Mieux vaut tuer quelques personnes que mourir de froid.

La porte s'ouvre dans un léger craquement, alors que tu tentes d'être le plus discret possible. Inutile d'attirer l'attention sur toi. Personne dans les autres pièces. Ils sont tous regroupés. Ils facilitent la tâche. L'arme serrée dans ta main droite, la lampe dans la gauche, tu avances aussi silencieusement que possible, le pistolet tendu vers eux. « Vous êtes qui ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: INTRIGUE UNE

Revenir en haut Aller en bas

INTRIGUE UNE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
✝ A WALK AMONG THE GRAVES  :: LE CHALET-