FERMETURE DÉFINITIVE DU FORUM À COMPTER DU 25/07.

Partagez|

underdog

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Elishah Everdeen
a walk among the graves + taste of blood
MESSAGES : 63
INSCRIPTION : 04/07/2015
CRÉDITS : shadows
DISPONIBILITÉ RP : indisponible
LOCALISATION : quelque part dans les bois entourant Greenville

MessageSujet: underdog Mar 7 Juil - 12:57


état physique

a reçu une balle dans le genou gauche (06/2015) et se déplace laborieusement avec une béquille depuis  

inventaire

- paquet de cigarettes (3 restantes)
- zippo argenté
- couteau de chasse dans son étui de cuir
- Glock 17c modifié
- gourde
- foulard
- béquille    
© all right awatg

Il tourne en rond, comme un animal en cage. Pas littéralement parce que ça reviendrait à gaspiller une énergie qu’il n’a pas. Qu’il n’a plus en tout cas, depuis que ce connard trop zélé s’est imaginé qu’il était en capacité de lui tenir tête. En tout cas sa tête à lui n’a plus ressemblé à grand chose après qu’Eli en ait eu terminé avec… De son visage, il n’est plus resté qu’une espèce de bouillie dégueulasse, mélange de chair, de sang et d’os, dont il s’est servi pour se peinturlurer les joues, pour une obscure raison. Malheureusement, son genou n’était pas en bien meilleur état que la tronche du connard après qu’il ait reçu une balle.
Le trentenaire est à présent prisonnier de son propre corps mutilé. Ca aurait pu être pire, il aurait pu y laisser sa jambe... Mais là, tout de suite, ce n’est plus l’impression qu’il a. Là, tout de suite, il se dit qu’il aurait dû se l’arracher lui-même pour en finir une bonne fois pour toute. Peut-être qu’il aurait moins mal et qu’il pourrait se déplacer avec plus d’aisance. Leona a un bras en moins et elle s’en sort plutôt pas mal ! C’est elle qui l’a trouvé dans les bois avoisinant leur campement et l’a ramené après tout… Bon, son moignon est franchement immonde et elle le dégoute un peu (beaucoup) mais elle s’est débrouillée pour se dégoter une prothèse plutôt badass. Il aurait pu se faire greffer une jambe bionic comme dans les films, capable d’améliorer ses performances physique et toutes ces conneries.  
« Comme Robocop » se chuchote-t-il à lui-même, avant de se rejouer quelques scènes du film, laissant un sourire un peu niai s’étaler sur son visage recouvert d’une fine pellicule de sueur.

Ca l’occupe pendant un petit moment, mais il finit par se lasser. Son regard azuré se pose sur le décor devenu trop familier de la réserve du campement. De la bouffe à profusion, des armes en veux-tu en voilà et un tas d’autres denrées. Et il ne peut toucher à rien. Son nouveau boulot consiste à protéger tous leurs biens des mains trop baladeuses. Enfin non, même pas. Son job consiste à rester le cul vissé sur une chaise pliante déglinguée à observer, compter, distribuer et entretenir. Toute la partie physique éventuelle, et donc un minimum fun : c’est son collègue qui s’en charge. C’est foutument injuste ! Son collègue en question est un petit pédé de youpin qui a trois poils sur une queue dont il sait sûrement même pas se servir ! En parlant de ça…
« Faut que j’pisse » décrète-t-il d’un ton morne, crachant dans sa bouteille en plastique vide avant d’entreprendre de se remettre debout.
« Tu veux d’l’aide ? »
« Bordel si j’ai besoin d’aide, j’préfère chier et compter sur mon étron qu’te confier quoi qu’ce soit ! Capiche ? »  
Le gamin marmonne quelque chose dans sa barbe et s’éloigne de quelques pas. Elishah le suit du regard quelques secondes, tique d’agacement et puis utilise sa béquille pour se redresser. Ca lui fait un mal de chien mais il ne desserre pas les dents et ne laisse rien paraitre. Une fois debout, il se sert de sa main encore libre pour décrocher le foulard autour de son cou et s’en servir pour essuyer la sueur qui commence à perler sur sa tempe. Au lieu de le replacer là où il l’a pris, tenant plus ou moins en équilibre, il le noue autour de son poignet avant de se mettre en route.

Mais au lieu de se diriger vers les latrines, il poursuit sa route, saluant au passage les gars chargés d’assurer la sécurité du périmètre. L’un d’eux lui conseille de ne pas jouer au con avec sa jambe, et il lui répond par un sourire forcé qu’il accompagne d’un doigt d’honneur. Personne ne va lui dicter ce qu’il doit faire. Surtout pas sa foutue jambe à la con qui le fait chier depuis trop longtemps déjà.
Après quelques minutes de marche, Elishah s’arrête au bord du sentier menant à la rivière pour vider sa vessie contre un arbre. Il essaie de s’agiter pour éviter que les dernières gouttes tombent dans son caleçon, mais son genou se rappelle à lui et il se montre inefficace. Sa besogne accomplie, au lieu de retourner vers le campement, il se met en tête d’aller faire un tour du côté de la rivière. Juste pour prouver à tous ces connards qu’il est capable de le faire. Et parce qu’il n’a absolument aucune envie de retourner à son poste. Il va finir avec des putains d’hémorroïdes s’il continue à rester assis à longueur de temps… De toute façon, la Doc lui a conseillé de faire un peu d’exercice.
Habituellement, il faut une dizaine de minutes pour rejoindre la rivière, mais Eli a quasiment doublé ce temps. Il se déplace lentement et a dû faire quelques pauses, pendant lesquelles il a terminé de vider la gourde accrochée à sa ceinture. Il la remplira à nouveau une fois à destination, ce n’est pas un souci. Les gars ont commencé à déblayer la zone quelques temps après leur arrivée, pour leur permettre d’avoir accès à une source d’eau et une patrouille tourne constamment dans cette zone. S’ils font bien leur boulot, il ne devrait croiser la route d’aucun rôdeur. Mais on ne peut pas faire confiance à grand monde ces jours-ci. Heureusement, il peut toujours compter sur Bonnie et Clyde, respectivement son couteau de chasse et son Glock.  

Comme escompté, Elishah finit par donc par atteindre son objectif et, épuisé par l’effort qu’il vient de fournir, il s’étend sur l’herbe fraiche en bordure de la rivière. Il reprend son souffle tant bien que mal, se redressant un peu sur ses coudes, le temps de masser son genou douloureux. Pour la première fois depuis qu’il a décidé de venir ici, il se dit que ce n’était peut-être pas une idée si fameuse… Surtout quand il pense au trajet de retour. Mais il a tout son temps, non ? C’est pas comme s’il était un élément essentiel à l’effort de guerre. Ils peuvent se passer un moment. Celui qu’il passera à récupérer un peu.
Poussant un lourd soupir, il se laisse retomber mollement sur le sol meuble et contemple le ciel qui se découpe à travers les arbres le surplombant. Il finit par fermer les yeux, se donnant l’ordre formel de ne pas s’endormir. Il est un peu stupide, mais pas suicidaire…

_________________

we all support the team
well if you're lookin' for a good time you're a little bit late we rolled up the sidewalks at a quarter to eight we can't sell you no beer it's a small town, so may I ask what you're doin' here ©️ all right awatg (codage) ; bex (gif)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bex Ackerman
a walk among the graves + shades of cool
MESSAGES : 24
INSCRIPTION : 05/07/2015
CRÉDITS : ✝(ava) myself (gifs) margortobbie
LOCALISATION : ✝ là où y a le moins de zombies possible

MessageSujet: Re: underdog Mar 7 Juil - 23:12


underdog
ft. elishah & bex
« On aurait dû prendre à droite à la dernière intersection… » soupira la blondinette en tournant et retournant sa carte froissée sans faire attention à la route devant elle. Beast trottait joyeusement à ses côtés et avait l’air plutôt calme, ce qui était bon signe. Ça voulait dire personne dans les parages, pas même un zombie. De quoi se permettre de détourner son attention du chemin quoi. Mais pas trop quand même. « Non sérieusement, on devrait faire demi-tour ! » continua-t-elle en stoppant sa marche. Elle baissa son plan en lâchant un énième soupir tandis que son chien continuait à sa marche, rien à foutre ce clebs. « Tu pourrais au moins faire semblant de m’écouter ! »

D’un pas traînant, Bex se dirigea sur le bas-côté de la route, l’air visiblement décidée à aller poser ses fesses sur cette souche, bien à l’ombre des arbres. Et quelle bonne idée. La jeune femme lâcha un soupir d'aise et étira ses jambes endolories. Pour peu, elle enlèverai presque ses boots pour laisser ses pieds respirer. Seulement elle savait que c'était une vraie idée de merde. Après tout, elle était dans un endroit tout sauf protégé et pourrait être amenée à devoir se tirer en vitesse en cas d'urgence. Et courir pieds nus, c'était un peu déconseillé. Elle laissa glisser son sac à dos sur le sol et roula des épaules pour essayer de chasser cette sensation désagréable d’engourdissement. Soupirant de nouveau, elle se passa les mains sur le visage, essayant de profiter au maximum de sa pause. Du coin de l’œil, elle surveillait Beast qui semblait avoir trouvé un intérêt soudain dans un papillon qui voletait paresseusement au gré d’une brise quasi inexistante. Fouillant lascivement dans son sac, Rebecca attrapa une bouteille d’eau qui avait clairement vu des jours meilleurs et en vida un bon tiers. Le geste ne passa pas inaperçu auprès du chien qui vint s’assoir face à sa maîtresse qui ne tarda pas à lui attraper la gueule et à lui verser allégrement la boisson dans le gosier en faisant bien attention à ce qu’il ne s’étouffe pas. « Tiens, douuuucement. » Lorsque l’animal retira sa tête et la posa sur les jambes de blondie, cette dernière reboucha la bouteille et la rangea avant de passer une main dans la fourrure du chien. « Tu sais pas non plus où on va, hein ? Je pense que… on devrait plutôt aller vers le nord. Quelque part où il fera froid. Paraît qu’ils aiment pas ça. » lâcha-t-elle en émettant un léger ricanement. Devant l’absence de réponse évidente de Beast, elle acquiesça un instant. « Ouais, t’as sans doute raison. On ferait mieux de trouver de nouveaux stocks. » Fallait avouer que les réserves de bouffe commençaient sérieusement à s’amenuiser. Sans parler qu’il valait mieux trouver une maison un tant soit peu sécurisée pour y passer la nuit.

C’est environ une bonne heure de marche plus tard que Beast décida d’être un peu dissident et d’aller faire du hors-piste. Pour une raison qu’elle ne s’expliquait pas encore, son ami canin s’était engouffré dans la forêt malgré les protestations de sa maîtresse. A plusieurs reprises, la Bex avait failli manger quelques feuilles mortes, oh rassurez-vous, rien de bien méchant. C’est juste que la forêt c’était un peu un terrain accidenté, et quand on n’était pas très attentif à là où on mettait les pieds un accident était bien vite arrivé. « Beaaaast ! » geignit Ackerman à mi-voix. Bah ouais, valait mieux éviter d’attirer l’attention de tous les décomposés du coin en gueulant comme une teubée au beau milieu d’une forêt à priori hostile. Le husky ne prit même pas la peine de ralentir et disparu bientôt derrière une petite butte. « T’es sérieux là ? Beast reviens ici ! » malgré ses pieds qui la faisaient souffrir et les protestations de chacun de ses muscles, Bex accéléra le pas pour rattraper son compagnon à quatre pattes. Les rares fois où il s’était éloigné d’elle, les choses avaient plutôt mal tournées. Enfin façon de parler. Dans tous les cas, elle était terrifiée de le laisser vadrouiller seul. Apeurée qu’un zombie décide que le chien ferait un bon repas, ou qu’elle-même ne devienne une cible de choix. Sérieux quoi. Malgré toute sa bonne volonté, elle trébucha en escaladant la butte mais se rattrapa de justesse. Lâchant un juron, elle termina de se hisser sur le mont pour découvrir avec soulagement le brave Beast en train de boire jusqu’à plus soif dans une rivière un peu plus loin en contrebas. Un sourire niais s’accrocha au visage de la blonde tandis qu’elle entama une précautionneuse descente, s’accrochant à des racines décharnées ou à peu près n’importe quoi qui pouvait l’empêcher de rouler jusqu’en bas. Au moins n’aurait-elle pas à chercher où remplir ses bouteilles aujourd’hui. Alors qu’elle posait enfin le pied sur l’herbe entourant le lit de la rivière, le chien renifla quelque chose sur le sol, et s’arrêta devant ce qui semblait être un corps. Oh merde. « Beast ! » souffla-t-elle en ramassant une grosse branche qui traînait par terre. Autant essayer d’avertir un sourd. Le chien continua de renifler curieusement la carcasse qui finalement bougea. L’effet fut immédiat. Bex était littéralement figée sur place, mains crispées sur sa branche brandie de manière presque menaçante, mâchoire tremblante et respiration bloquée dans la gorge. Merde, elle allait tout de même pas regarder son chien se faire bouffer sur place sans pouvoir réagir.

_________________

write my name on a stone
rain washes this city but mud still clings to your soul. you fill in the pages with the pain that's taking its toll, but there's hope in the madness. don't pretend you're in this alone. she sees me inside you and she's afraid that you won't come home, so remember me. ©️ all right awatg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elishah Everdeen
a walk among the graves + taste of blood
MESSAGES : 63
INSCRIPTION : 04/07/2015
CRÉDITS : shadows
DISPONIBILITÉ RP : indisponible
LOCALISATION : quelque part dans les bois entourant Greenville

MessageSujet: Re: underdog Mer 8 Juil - 8:49

Il perd la notion du temps, tout vautré qu’il est sur le sol humide bordant la rivière proche de son campement. Pour éviter de sombrer dans un sommeil qui pourrait lui être fatal, il commence à se fredonner quelques paroles de chansons qui lui passent par la tête, allant des Doors à Michael Jackson.
Elishah n’a jamais trop compris comment ce mec avait fait pour devenir blanc et n’est jamais parvenu à trancher pour définir si c’était une bonne ou une mauvaise chose… Parce bon, y a pas à chier, sa musique était devenue vraiment mieux au fur et à mesure qu’il se transformait (ce qui prouvait assurément quelque chose), mais d’un autre côté, si tous les black friqués se mettaient subitement à virer blanc : ça créerait un sacré foutu beau bordel ! Et comment savoir à qui on avait à faire ensuite ? Comment être sûr en tringlant une blanche qu’elle n’est pas en fait une ancienne noire et que les gosses qui en sortiront ne seront pas des petits nègres ? Elishah se rassure un peu en se disant qu’avec l’Apocalypse, peu de cas comme celui de l’ancienne star de la pop sont certainement à déclarer. Il faut sûrement avoir tout un tas de traitements au quotidien pour rester blanc et par les temps qui court, ça ne doit pas être faisable.
Y a qu’à voir comment est mort ce bon vieux Pyke. Un dur à cuir celui-là ! Le genre hargneux, borné, carrément chiant mais qui sait ce qu’il fait et qu’on suit aveuglement dans les emmerdes. N’empêche qu’il était mort en deux jours parce qu’ils avaient plus été capables de lui trouver son insuline et que le peu de bouffe qu’ils avaient trouvé sur leur route s’était révélé insuffisant. Si l’insuline en est venu à disparaître, alors un traitement contre la négritude n’a pas pu faire long feu…
 
Elishah en est là de ses raisonnements philosophique lorsqu’il entend du mouvement dans les bois avoisinant. Ses paupières s’ouvrent immédiatement tandis qu’il se concentre sur son ouïe pour essayer d’identifier la source du bruit qui l’a arraché à ses ruminations. Après avoir subie une légère accélération, les battements de son cœur se régulent en même temps que sa respiration. Le trentenaire demeure immobile, ou presque. Sa main gauche se porte précautionneusement vers sa ceinture, sur laquelle est accrochée l’étui en cuir de son couteau de chasse cranté. Il fait sauter la lanière retenant son arme, tous ses sens aux aguets et saisit le manche de son arme de poing, alors que le bruissement se rapproche de sa position.
Ca n’a pas l’air d’être un rodeur. Ils ont une démarche bien plus lourde et malhabile. En repérant son odeur, le mort-vivant aurait sans doute déjà commencé à pousser ses espèces de raclements de gorge ou autre gémissements rauques si pratique pour les repérer. Rien de tout ça ici. Le pas est trop léger, presque imperceptible. C’est le décor qui trahit la présence de l’intrus, lui-même est discret. Et en même temps, il n’a pas l’air de produire le moindre effort pour l’être.
Un animal ? Un gamin ? Une fille très frêle et imprudente ? Qui que ce soit : ça a soif. Elishah lève les yeux au ciel en entendant les sons produits pas l’être en train de se refraichir le gosier. Vu le bruit, il doit s’agir d’un animal qui lape l’eau plutôt que d’en boire des gorgées régulières. Il se permet de jeter un œil en direction du lit de la rivière et aperçoit la silhouette familière d’un canidé. Un de ses voisins à Greenville avait un chien de cette race là, mais il ne se souvient plus du nom exact.

Il n’a jamais rien eu contre les chiens. En fait une fois, il en a eu un pour quelques jours. Jimmy et lui l’avaient trouvé dans une décharge et ils avaient décidés de l’adopter. Ils l’avaient installés dans une cabane abandonnée et allait jouer avec lui dans les bois tous les jours, se relayant pour le nourrir et l’attachant en leur absence pour éviter qu’il se fasse la malle. Et puis un beau jour, ils s’étaient pointé et avait trouvé leur compagnon pendu à l’arbre, le corps criblé de plomb, la queue brûlée. D’autres gamins lui étaient tombé dessus et avait décidé de jouer un tout autre jeu que les leurs… Depuis, Eli n’avait plus osé lier le moindre contact avec un animal. Certaines nuits, l’odeur de la chair et des poils grillés de son ami revenait le hanter. Il lui fallait toujours des plombes pour se rendormir après ça.
Il décide de s’en tenir à sa règle habituelle et de ne pas chercher à entrer en interaction avec l’animal qui a apparemment terminé de s’abreuver. Il va faire le mort et attendre qu’il se lasse, en espérant que le chien ait mangé ces derniers temps et n’ait pas envie de grignoter un peu de bidoche humaine. S’il s’approche trop et semble représenter une menace, Elishah sera contraint de se défendre et ça ne l’enchante pas des masses…
Evidemment, le con de clébard ne tarde pas à le repérer et Eli l’entend s’approcher. Il pousse un soupir blasé et reste parfaitement immobile, resserrant sa prise sur le manche du couteau dont il n’hésitera pas à se servir si le besoin s’en fait sentir. Le trentenaire se concentre sur sa respiration, bande ses muscles, se tenant prêt. En quelques secondes, l’animal est à ses côtés, reniflant bruyamment dans sa direction.
Je suis pas comestible gros. Dégage. Trace, allez, zou !
Mais il n’est jamais parvenu à transmettre ses pensées à qui que ce soit. C’est pourtant pas faute de s’être entrainé quand il était plus jeune…  
     
L’animal entre finalement dans son champ de vision. Sa grosse truffe apparaît au-dessus de son visage et leurs regards se croisent. Après quelques secondes, l’animal s’assoit et Elishah peut entendre sa queue battre tranquillement sur l’herbe. Le chien se lève les babines deux ou trois fois et puis sa gueule s’ouvre tandis qu’il baille à s’en décrocher la mâchoire. Mais avant de comprendre que c’est pour cette raison qu’il a ouvert sa gueule, Eli a déjà réagit et s’est redressé, prêt à utiliser son arme.
« J’aurai pu t’planter, gros » l’accuse-t-il en comprenant que l’animal ne représente pas une menace directe. « Ca nous aurait pourri la journée à tous les deux. Enfin la mienne est déjà pas mal chiasseuse… »
Le chien a l’air de l’écouter et il penche un peu la tête, comme s’il lui quémandait davantage d’informations à ce propos.
« Bah laisse tomber, j’vais pas t’emmerder avec ça. On a tous des vies d’chiens ces temps-ci t’façon » lâche-t-il, avant de réaliser qu’il vient de faire un jeu de mots plutôt pas mal et de sourire comme un bien heureux.
Il est tellement ravi qu’il s’essaye même à caresser le molosse. Un peu trop tôt. L’animal a un mouvement de recule et se retrouve instantanément sur ses quatre pattes, le toisant avec prudence.
« Hey tout doux. J’vais pas t’faire de mal. Sauf si tu m’y obliges » le renseigne Elishah, gardant son couteau dans sa main et présentant l’autre, paume vers le ciel, au chien pour qu’il la renifle.
Une fois qu’il s’y est risqué, jugeant qu’il ne représente pas un gros danger pour lui, l’animal se rassoit à ses côtés et recommence à se lécher les babines.
« J’ai rien pour toi, gros. »
Cette remarque lui fait réaliser qu’il a le ventre pratiquement vide lui-même et qu’il commence à avoir faim. Alors il attrape un brin d’herbe près de lui et se le colle en bouche. Il se serait bien collé une clope au bec, mais il a peut que l’odeur fasse fuir le chien.

Il s’apprête d'ailleurs à questionner le dit chien sur sa présence dans le coin lorsqu’il entend un craquement sec non loin de là. Le chien réagit en même temps que lui et dresse ses oreilles en tournant la tête vers une silhouette un peu plus loin. Les sourcils d’Elishah se fronce et il se maudit pour la relâche stupide de sa vigilance. A tous les coups, le chien est un putain d’attrape couillons… Une variante de la fille accidentée sur la route qui vous incite à vous arrêter pour voir si vous ne pouvez pas la dépanner en échange d’une petite pipe.
Elishah profite que l’attention du chien soit entièrement absorbée par l’apparition de la blonde pour refermer sa main libre sur son collier. Il tend alors sa seconde main, celle qui tient son couteau, visible à l’intruse. Son visage se fend d’un sourire mauvais pendant qu’il la regarde approcher, une branche dans les mains.
« Bien l'bonjour mam'zelle ! »

_________________

we all support the team
well if you're lookin' for a good time you're a little bit late we rolled up the sidewalks at a quarter to eight we can't sell you no beer it's a small town, so may I ask what you're doin' here ©️ all right awatg (codage) ; bex (gif)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bex Ackerman
a walk among the graves + shades of cool
MESSAGES : 24
INSCRIPTION : 05/07/2015
CRÉDITS : ✝(ava) myself (gifs) margortobbie
LOCALISATION : ✝ là où y a le moins de zombies possible

MessageSujet: Re: underdog Mer 8 Juil - 13:06


underdog
ft. elishah & bex
Calme toi ma grande, tout va bien s'passer. Beast est assez malin pour par aller nifler du zombie au risque de se faire bouffer. Ouais. Pas vrai ? Elle observa la carcasse qui avait piqué l'attention de son chien, se répétant en boucle que les choses allaient bien se passer, essayant de se convaincre qu'ils ne craignaient rien. Son esprit fonctionnait à mille à l'heure, traitant de nombreuses informations ainsi que les innombrables possibilités qui se présentaient. Fallait reprendre les choses dans l'ordre. De une, Beast avait tendance à grogner ou à aboyer lorsqu'il se trouvait en présence d'un rôdeur. Donc le fait que le corps ait bougé ne pouvait signifier qu'une chose ; c'était un humain qui gisait là. Mais justement. Qu'est-ce qu'il foutait dans le coin ? Etait-il seul ? Etait-il blessé ? Etait-il amical ? Le désavantage des êtres qui ne se décomposaient pas encore, c'est qu'ils étaient imprévisibles. Autant schématiser le comportement d'un zombie était une chose aisée – ils erraient, spottaient une proie et essayaient d'aller en faire un quatre heure – autant deviner les intentions réelles d'une personne de chair et de sang relevait de l'impossible. Pour le coup, elle aurait peut-être préféré tomber sur un décomposé.

Tout en se posant ces questions existentielles, elle fixait les mouvements de son chien qui ne tarda pas à s’asseoir devant la personne. Personne qui se redressa et commença à dialoguer avec l'animal. Au moins pour le moment n'essayait-il pas -pour l'instant- de lui faire du mal. Bex quant à elle... Était toujours immobile, prête à... Prête à quoi exactement ? A lancer son bout de bois et prendre la fuite ? A fondre sur l'inconnu et le rouer de coups ? Faire un malaise cardiaque si les battements frénétiques de son cœur ne se calmaient pas ? Qu'est-ce qu'elle était supposée faire ? Avec un peu de chance, l'autre ne remarquerait même pas sa présence et reprendrait son chemin dans le sens totalement opposé de l'endroit où elle se trouvait. Ouais, ça serait même vachement bien que ça se déroule de cette manière.

Mentalement, elle essayait de dire à son chien de s'éloigner et de revenir vers elle. Peut-être que si elle se concentrait assez fort... Ouais, nan. Peine perdue bien sûr. Ses mains tremblantes serraient encore et toujours sa branche pour se rassurer. C'est vrai quoi, en cas d'attaque surprise, bim, un coup de bâton ça sortait de toutes les situations. Enfin... Presque. Mal à l'aise dans sa position offensive et menaçante actuelle, Bex commença à jongler d'un pied à l'autre, cherchant un nouvel équilibre plus confortable et stable. Crac. Crac ? Non non non non. Merde. Le regard de l'inconnu croisa le sien et elle ne pu réprimer un frisson face au rictus qui se dessina sur son visage crasseux. D'une main il s'empara du collier de l'animal, tandis que de l'autre il lui fit bien comprendre qu'il était armé.
« Bien l'bonjour mam'zelle ! » fanfaronna-t-il en la toisant.
Tous les sens en alerte, Ackerman scruta rapidement les environs, essayant de discerner d'éventuels complices cachés dans les fourrés ou grimpés dans les arbres. Elle serra la mâchoire dans un essai assez vain pour l'empêcher de trembler et reporta son attention sur l'homme qui tenait Beast en otage. Bien qu'elle n'ai vu personne aux alentours, elle était sûre qu'il s'agissait d'un piège et que dès qu'elle relâcherait sa garde, d'autres pillards allaient lui tomber sur le dos et s'occuperaient de son cas. Personne n'en saurait jamais rien, et personne n'en aurait jamais rien à foutre. Elle entrouvrit légèrement la bouche tout en agrippant sa branche avec encore plus de ferveur qu’auparavant, prête à en découdre. « ... Bonjour ? » commença l'irlandaise en déglutissant. « Je... hu... Suis désolée qu'il vous ai réveillé de votre... Sieste. » elle esquissa l'ombre d'un sourire forcé, peut-être qu'en demandant gentiment, Beast et elle pourraient reprendre leur chemin et tout irait pour le mieux. Bien sûr. Quel plan merdique franchement. « Je... on fait que passer, on va vous... Vous laisser vous reposer maintenant, hein ? » malgré ses balbutiements répétés qui trahissaient une grande nervosité, Bex parlait vite et ce, avec un accent clairement pas du coin. Ses yeux allaient du chien au visage de l'inconnu, cherchant à discerner les intentions de l'homme. En tout cas elle pouvait d'ores et déjà dire qu'elle n'aimait pas l'air qu'il affichait. « S'il vous plaît ? » demanda-t-elle poliment, faisant ainsi comprendre qu'elle aimerait beaucoup, beaaaucoup récupérer son chien et qu'elle n'était pas là pour créer des problèmes.

_________________

write my name on a stone
rain washes this city but mud still clings to your soul. you fill in the pages with the pain that's taking its toll, but there's hope in the madness. don't pretend you're in this alone. she sees me inside you and she's afraid that you won't come home, so remember me. ©️ all right awatg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elishah Everdeen
a walk among the graves + taste of blood
MESSAGES : 63
INSCRIPTION : 04/07/2015
CRÉDITS : shadows
DISPONIBILITÉ RP : indisponible
LOCALISATION : quelque part dans les bois entourant Greenville

MessageSujet: Re: underdog Jeu 9 Juil - 14:50

Beau brin de fille, se dit-il en s’accordant le temps de la détailler de haut en bas. Un peu modèle réduit mais elle a des hanches fine et une bonne paire de nibards de là où il se tient. Juste ce qui lui faut en somme. Encore qu’Eli n’a pas encore vue la marchandise de dos… De bonnes fesses rebondies mais fermes sous la paume, ce serait parfait.
Ce qui lui plait surtout ceci dit, c’est qu’elle a l’air inquiète. Son regard essaie fébrilement de couvrir le terrain, à la recherche d’autres âmes qui vivent et soient surtout susceptibles de lui faire du mal. A moins qu’elle ne cherche ses alliés à elle… Dans ce cas là, c’est lui qui se retrouverait en très fâcheuse posture. Une petite voix ne tarde d’ailleurs pas à lui souffler qu’il est d’ores et déjà en très fâcheuse posture. Il est vautré par terre et si la fille décide de l’attaquer, le temps qu’il parvienne à se hisser sur sa jambe valide, le chien aura eu tout le temps d’en faire son quatre heures. Sauf s’il l’égorge en premier. Sauf que, le temps qu’il perdra à faire ça donnera à la fille celui de fondre sur lui pour lui asséner un coup ou deux avec sa foutue branche… Mais aura-t-elle la force de la soulever et de l’abaisser plus d’une fois avant qu’il réagisse et la lui arrache des mains ? Elle n’a pas l’air d’être un gros gabarie mais les apparences sont souvent trompeuses. Bon et puis, si ça se trouve, en voyant le sang de son animal arroser copieusement l’herbe, elle se figera sur place, traumatisée. C’est bien un truc que ferait une gonzesse ça !

Sur le qui-vive, Elishah commence à prévoir toutes les issues possibles à cette rencontre fortuite. Et pendant ce temps, la blonde commence à négocier, avec son accent à couper au couteau. Il essaie de ne pas se laisser distraire par celui-ci, mais c’est rudement difficile. Ses sourcils sont froncés et il l’écoute déblatérer à propos d’une sieste qu’il n’a pourtant jamais entamée.
Elle essaie de gagner du temps.
Ne prenant pas la peine de lui répondre dans un premier temps, le trentenaire scanne à nouveau les environs, à la recherche d’un mouvement, d’un signe quelconque qu’il ne sont pas seuls en ces lieux. Rien. Il entend quelques oiseaux piailler à distance, le clapotement régulier du cours d’eau qui s’écoule à quelques pas de là et la respiration légèrement haletante du chien qu’il tient toujours.

Finalement, il fait reporter son attention sur la blonde qui vient de lui servir une formule de politesse pour s’assurer de sa coopération. Les sourcils d’Elishah se fronce un peu plus. Elle pense sincèrement qu’un "s’il vous plait" va lui accorder quoi que ce soit par les temps qui courts ? S’il n’était pas un rien nerveux, il plaisanterait assurément sur le sujet et prendrait un malin plaisir à la tourner en ridicule. Sauf qu’il n’a pas l’esprit tranquille et préfère ne pas trop faire le malin... On ne sait jamais, des fois que la situation tourne à son désavantage et qu’il doive à son tour user d’un ou deux "s’il vous plait"…
« J’ai l’air d’un imbécile ? » finit-il par lui demander, se servant de sa main armée pour venir gratifier la tête du chien de quelques gratouilles qu’il a l’air d’apprécier. Il n’attend pas réellement de réponse à sa question bien sûr. Il tient son chien en otage, elle ne va pas s’amuser à le provoquer ouvertement. Du coup, il enchaine sur le même ton emprunt de sarcasmes. « Tu penses vraiment que j’étais en train de piquer un roupillon au beau milieu de nul part ? Tu penses que vous m’avez surpris ? J’vous ai entendu approcher y a un bon moment déjà, ma jolie. Va falloir parfaire ton approche ninja. »
C’est du bluff, mais il a toujours été très bon à ce petit jeu-là. Il veut qu’elle se persuade qu’il a l’avantage, qu’il a tout prévu. Et tant qu’elle ne voit pas sa béquille, placée le long de sa jambe opposée à elle et son chien…ça pourra sans doute fonctionner. Dans le pire des cas, il pourra toujours dire qu’il s’en sert comme arme depuis qu’il l’a volé à un grand-père qu’il a égorgé…
Enfin de toute façon, tant qu’il tient son chien, il est pratiquement assuré qu’elle ne fera rien pour le mettre en danger.
« C’est quoi vos p’tits noms ? » demande-t-il ensuite, retrouvant son sourire et autorisant le chien à venir lécher son menton pour le remercier des petites attention qu’il a eu depuis tout à l’heure à son égard.
Il vient d’échouer au test du bon chien de garde. Mais Elishah ne compte absolument pas s'en plaindre.

_________________

we all support the team
well if you're lookin' for a good time you're a little bit late we rolled up the sidewalks at a quarter to eight we can't sell you no beer it's a small town, so may I ask what you're doin' here ©️ all right awatg (codage) ; bex (gif)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bex Ackerman
a walk among the graves + shades of cool
MESSAGES : 24
INSCRIPTION : 05/07/2015
CRÉDITS : ✝(ava) myself (gifs) margortobbie
LOCALISATION : ✝ là où y a le moins de zombies possible

MessageSujet: Re: underdog Ven 10 Juil - 0:56


underdog
ft. elishah & bex
Non. Décidément, Bex n'aimait vraiment pas le regard que cet inconnu portait sur elle. Elle entrouvrit légèrement la bouche en fronçant les sourcils alors que les yeux du barbu s’attardaient sur ses courbes. Avec la chance qu’elle avait, elle venait de tomber nez à nez avec un détraqué. Super. Génial. Ca promettait d’être une rencontre pleine de rebondissements. Et à première vue, pas dans le bon sens du terme. De nos jour quand on essayait de se montrer un tant soit peu civilisé, ça voulait tout de suite dire qu’on cachait des choses. « Ce n'est pas- » commença-t-elle en voulant affirmer que non, elle n'avait pas voulu l'offenser ou l’insulter de quelle que manière que ce soit, mais fut bien rapidement coupée lorsqu'il reprit. En le voyant lever son couteau, elle eut un moment de panique durant lequel elle fit un pas en avant, s’attendant tout de suite au pire. Durant le quart de seconde que dura l’action, son cœur rata un battement. Quand il se contenta de gratouiller le crâne du chien, elle lâcha un soupir inaudible de soulagement. Elle pinça les lèvres en l'écoutant parler de son approche ninja peu subtile et à retravailler. Certes elle n’avait pas été discrète, mais en même temps fallait dire que tomber sur quelqu’un au beau milieu de nulle part, c’était pas tellement ce à quoi elle s’attendait.

« C’est quoi vos p’tits noms ? » Demanda-t-il finalement, en affichant encore ce sourire suffisant qui ne lui plaisait définitivement pas.
Et en quoi ça l’intéressait son prénom hein ? C’était un de ces sociopathes qui voulaient discuter un peu avec leurs victimes avant de passer à l’acte ou quelque chose du genre ? Bex se mordilla légèrement l’intérieur de la joue, se passant en boucle les différents scénarios qui étaient susceptibles d’arriver. « Je… Nicky. Je m’appelle Nicky. » finit-elle par répondre après quelques rapides secondes de réflexion, vraisemblablement pas décidée à lui révéler sa véritable identité. Non pas que ça changerait grand-chose de toute façon. Elle n’avait juste pas envie de devenir trop familière avec un parfait inconnu au beau milieu de bois perdus. Et puis, qui irait vérifier ? De toute façon c’était pas comme si elle se promenait encore avec ses papiers d’identité sur elle, ou que ça avait la moindre importance. « Et lui c'est Beast. » continua-t-elle en désignant d’un signe de tête son compagnon canidé qui s’était visiblement trouvé un nouveau camarade de jeu. Maudit soyez-vous, toi et ton caractère trop sociable. A l’appellation de son nom, le chien tourna un instant la tête vers sa maîtresse, langue toujours pendue et respiration haletante, totalement indifférent à l’échange tendu qui avait lieu entre les deux humains. D’un côté, elle comprenait parfaitement le comportement de l’animal. Cela faisait des semaines qu’ils n’étaient que tous les deux, et autant être honnête, la solitude commençait à leur peser. Mais des rencontres fortuites de ce genre, l’irlandaise pouvait très bien s’en passer. Bex s’humecta les lèvres en continuant. « E… écoutez, on est juste là pour récupérer de l’eau. » dit-elle en essayant de trouver une vraie raison valable à sa présence dans un endroit pareil. Elle déglutit en reprenant. « Si je tarde trop à revenir, mes amis risquent de venir voir par ici. » continua la blonde en tournant son regard vers le côté de la forêt qui donnait sur la route. Deux pouvaient bluffer. Elle espérait tout de même être convaincante pour lui faire comprendre qu’il n’était pas en position de force. Ou au moins assez pour le faire douter. S’en prendre à un survivant seul était chose facile, mais quand tout un groupe était impliqué, ça faisait généralement réfléchir un instant. Mais pour tout ce qu’elle savait, c’était peut-être elle qui était en position de faiblesse. Tout ce qu’elle souhaitait là, c’était récupérer Beast et réussir à s’en sortir sans égratignure. « Je… On ne veut pas de problèmes, d’accord ? On est juste de passage. » Voilà, insiste bien sur le 'on'. On est beaucoup. On est pas toute seule perdue au milieu de la forêt. Valait mieux pas qu’il demande où son fameux groupe et elle créchaient, parce qu’elle serait totalement incapable de répondre. Au pire, elle pourrait invoquer le fait de ne pas vouloir partager ce genre d’information sensible avec un parfait inconnu. S’il demandait un nombre, elle pourrait encore bluffer. Il n’en saurait foutrement rien.
« Et vous êtes… ? » Laissant sa phrase en suspens, elle pouvait au moins faire semblant de s’intéresser et se montrer amicale tant que les choses n’avaient pas dégénéré.

_________________

write my name on a stone
rain washes this city but mud still clings to your soul. you fill in the pages with the pain that's taking its toll, but there's hope in the madness. don't pretend you're in this alone. she sees me inside you and she's afraid that you won't come home, so remember me. ©️ all right awatg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elishah Everdeen
a walk among the graves + taste of blood
MESSAGES : 63
INSCRIPTION : 04/07/2015
CRÉDITS : shadows
DISPONIBILITÉ RP : indisponible
LOCALISATION : quelque part dans les bois entourant Greenville

MessageSujet: Re: underdog Ven 10 Juil - 10:46

Son mensonge est passé comme une putain de lettre à la poste. En tout cas, si la fille doute qu’il l’ait réellement entendue arriver, elle ne le lui fait pas savoir. Et c’est tant mieux parce qu’il a toujours eu une patience très limitée pour les Miss Je-sais-Tout. Elles lui rappellent de sales souvenirs de l’école, à l’époque où il se faisait martyriser par absolument tout le monde dans l’indifférence générale. Aujourd’hui, c’est lui qui a endossé le rôle de bourreau et s’est donné le droit de vie et de mort sur les personnes qu’il rencontre. Plus personne ne se moque de son léger bégaiement aujourd’hui estompé, plus personne ne vient lui signaler que ses vêtements (qui ont été porté par ses deux frangins avant lui) sont miteux et qu’il n’est qu’un résidu de fausse couche, un attardé bercé trop près du mur par son alcoolo de géniteur. Maintenant c’est lui qui fait chialer garçons et filles sans distinction dans la cours de récréation géante qu’est devenu leur pays depuis l’Apocalypse.
       
« Nicky », répète-t-il à voix basse, arborant une expression pensive.
Un prénom de stripteaseuse, tout comme sa frangine. Ca lui va pas trop mal à la blondasse. Ouep, elle a une bonne tête de Nicky. Par contre, le chien porte très mal son nom. Beast ? Ouais, OK, c’est une bête au sens stricte du terme, mais qui n’a rien de très impressionnant ou de bestiale… Elishah le repousse d’ailleurs un peu, lassé de se faire lécher le visage par la grosse langue râpeuse et humide du canidé. Il tique d’agacement quand l’animal tente de revenir à la charge et le fusille de ses yeux d’un bleu glacé.
« Moi j’trouve qu’il a plutôt une tête de Médor » commente-t-il en redonnant son attention à la stripteaseuse un peu trop vêtue à son goût, pendant que le clébard retrouve sa position initiale, assis sur le sol à agiter sa longue queue touffues.
« E… écoutez, on est juste là pour récupérer de l’eau » lui réplique simplement la gonzesse, avant d’évoquer l’existence d’alliés en chemin.  
Eli retrouve son expression intriguée et toise la blonde qui lui fait face et s’est légèrement avancé depuis le début de leur échange, restant tout de même encore à bonne distance.
Elle essaie d’te rouler.
Vraiment ? Le souci c’est qu’il ne peut pas en être certain. Est-ce que son groupe l’aurait vraiment laissé partir, seule, pour trouver de l’eau. Enfin seule…elle a son chien avec elle mais ce n’est pas exactement un chien de garde. Ca lui paraît peu probable mais en même temps, on l’a laissé s’aventurer à l’extérieur du campement seul, malgré sa blessure. Qu’est-ce qui lui garantie que le campement de la fille ne l’a pas laissé partir seule malgré son handicap génétique qui la rend vulnérable ?  
« Je… On ne veut pas de problèmes, d’accord ? On est juste de passage. »
« Mh… » commente-t-il simplement, continuant de méditer et de fixer Nicky dans l’espoir de déceler le vrai du faux sur son visage tendu par l’anxiété.
Le silence continue de se prolonger, Elishah n’arrivant toujours pas à trancher pour de bon pour savoir si elle ment ou pas. Il a du mal à faire la conversation et à réfléchir en même temps, alors il préfère fermer son clapet, jusqu’à ce que la fille le relance.  

« Et vous êtes… ? »
« Très contrarié que tu continues de me prendre pour un con » finit-il par lâcher, délaissant son sourire sournois pour afficher une expression froide et bien plus menaçante. Il pense avoir trouvé une faille dans ses dires et est bien décidé à s’y engouffrer. Et s’il se plante…eh bien tant pis. « Comment tes amis pourraient savoir où tu te trouves exactement ? Tu leur as dit que tu venais ici, à la rivière ? C’est un endroit que vous connaissez bien avec tes fameux copains ? Parce qu’il se trouve, ma jolie, qu’mes amis et moi on surveille ce coin depuis un moment maintenant, et j’crois qu’on l’aurait remarqué si un groupe de connards venaient se servir régulièrement chez nous, capiche ? J’crois qu’t’es une petite menteuse sans amis. Mais, hey!, y a pas de honte à ça. Parfois vaut mieux être seule que mal accompagnée… Tu crois pas Nicky ? Puis le coup du "mon p’tit copain qui fait du karaté va arriver et il va pas être content si vous m’parlez", on l’a tous entendu au moins une fois dans not’ chienne de vie. Ca prend pas » conclut-il dans un sourire de triomphe.
Putain j’aurai dû pétré avocat ou une connerie comme ça !
« De toute façon, s’ils existent vraiment…j’aurai eu tout le temps de t’faire un tas d’choses avant qu’ils réalisent que t’es un peu longue à revenir » lui confie-t-il, ravi par  ce qu’il lit sur le visage de son interlocutrice.

Et c’est à ce moment que le connard de chien le trahi odieusement. Emballé par son discours, Elishah a relâché sa vigilance et sa prise sur son bouclier canin qui, tout à coup, s’ébroue et lui échappe. Il essaie de le rattraper en se jetant en avant mais échoue lamentablement et bascule vers le sol, sa jambe handicapée le retenant au sol.
« Putain d’merde ! » s'offusque-t-il en se redressant, observant le chien retourner en trottinant joyeusement vers sa maitresse et renversant ainsi la situation.

_________________

we all support the team
well if you're lookin' for a good time you're a little bit late we rolled up the sidewalks at a quarter to eight we can't sell you no beer it's a small town, so may I ask what you're doin' here ©️ all right awatg (codage) ; bex (gif)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bex Ackerman
a walk among the graves + shades of cool
MESSAGES : 24
INSCRIPTION : 05/07/2015
CRÉDITS : ✝(ava) myself (gifs) margortobbie
LOCALISATION : ✝ là où y a le moins de zombies possible

MessageSujet: Re: underdog Sam 11 Juil - 21:13


underdog
ft. elishah & bex
C’était décidé. Si elle s’en sortait vivante aujourd’hui, elle remuerait ciel et terre pour trouver un communauté appropriée et s’arrangera pour ne plus jamais sortir seule dans ce monde qui n’était vraisemblablement pas fait pour elle. Les ‘présentations’ ainsi faites, Bex se glorifia un court instant d’avoir eu la bonne idée de ne pas avoir révélé son identité, n’aimant pas l’air que le type adopta en répétant tout bas les deux syllabes de son prénom d’emprunt. « Moi j’trouve qu’il a plutôt une tête de Médor  » il était vrai que présenté comme ça, le prénom de son chien n’avait pas particulièrement de sens. Elle pourrait essayer de lui expliquer qu’à la base elle avait deux chiens respectivement nommés Beauty and Beast –non pas en hommage au conte, mais aux deux bergers allemands du film La Colline a des Yeux, Adam avait décidé que les appeler de cette manière serait une bonne idée-, mais elle doutait fortement que la petite histoire intéresse le crasseux.

Elle le toisa un instant tandis qu’elle essayait de plaider sa cause. Visiblement, il n’avait pas l’air convaincu du tout. Pas du tout du tout. Il avait même plutôt l’air en colère. D’ailleurs il commença à poser plein de questions rhétoriques comme pour lui prouver par A + B qu’elle venait de lui raconter un énorme gros bobard et qu’il n’était pas dupe. Fallait dire qu’elle avait été teeeeellement convaincante. Mais rien n’était encore joué, elle avait toujours quelques cartes dans sa manche. La blonde se garda bien de répliquer à sa dernière phrase, celle concernant le petit copain, sinon elle risquait de se mettre à chialer, littéralement, et le peu de crédibilité qu’elle avait serait perdue à jamais.
« De toute façon, s’ils existent vraiment…j’aurai eu tout le temps de t’faire un tas d’choses avant qu’ils réalisent que t’es un peu longue à revenir. » le visage de Bex se décomposa aux dires de l’homme. Okay. Elle était putain de terrifiée. Il était quasi-certain que si l’étranger voulait s’attaquer à elle, elle ne tenait pas l’ombre d’une chance et il se ferait probablement un malin plaisir de lui faire subir quelques atrocités avant de l’achever. Dans le meilleur des cas, elle pourrait éventuellement le blesser, ou au moins lui faire mal à l’entrejambe d’un bon coup de genou bien placé. Mais vu la corpulence du gars, il n’aurait aucun mal à la maîtriser. Pourquoi j’ai pas pris des cours de krav-maga déjà ? La jeune femme déglutit péniblement en essayant de garder une attitude sereine. Ca lui avait si bien réussi jusqu’ici, pas vrai ? « Je vous l’ai dit, nous sommes de passage. » elle entrouvrit un instant la bouche, cherchant de nouveaux arguments pour le convaincre que non, elle n’était pas assez stupide pour se promener seule sur les routes dans une époque pareille. Et il fallait qu’elle trouve vite, avant que ne vienne l’idée au type de se débarrasser de Beast pour ensuite s’en prendre à sa propriétaire. C’est alors que le husky eut la brillante idée de se dégager de l’étreinte de son kidnappeur qui s’affala sur le sol en essayant de le retenir et en jurant. C’est tranquillement et l’air serein qu’il trotta jusqu’aux côtés de Bex qui lâcha un soupir de soulagement en le sachant enfin libre et hors de portée de ce taré. « Beast, assis. » le somma-t-elle d’un ton sec. La bête s’exécuta et posa ses fesses sur l’herbe. Le ton employé par sa maîtresse ne lui laissait d’autre choix que d’obéir. L’animal avait été dressé avec soin depuis son plus jeune âge, et il savait à qui il devait prêter attention. Sa petite escapade de plus tôt, disons juste qu’il avait soif et que son instinct animal l’avait conduit à cette rivière. Bex quant à elle, n’avait pas baissé sa garde, bien au contraire. Sa branche toujours armée, elle reporta son attention sur l’homme qui était toujours au sol. Du coin de l’œil, elle discerna ce qui semblait être une béquille derrière le gars, mais n’y prêta que peu d’attention. Il avait beau ne plus tenir Beast en otage, il était certainement toujours dangereux. Peut-être que s’il n’avait pas menacé de lui faire subir elle ne savait quoi, elle aurait essayé de faire des efforts en balançant son arme de fortune et en montrant qu’elle ne lui voulait vraiment aucun mal, mais là, c’était tout simplement hors de question. Elle le fixa sans jamais desserrer sa prise. « Et pour vous répondre, monsieur, ce sont eux qui m’ont demandé de venir remplir les bouteilles vides le temps qu’ils cherchent un endroit où passer la nuit sur le plan. » c’était crédible ? Après tout, sur sa carte à elle, la rivière était bien indiquée, et elle n’était pas si loin de la route que ça. Et avant qu’il ne lui vienne l’idée de s’attaquer à elle, elle préférait clarifier les choses. Ou au moins essayer. « J’ai qu’un mot à dire et il signale ma position. » fit-elle en désignant l’animal d’un geste de tête. Bon, okay, ça rameuterai tous les zombies du coin et sans doute les potes du type s’il en avait, mais ça pourra peut-être être suffisant pour créer une diversion et lui permettre de s’échapper. Elle osait aussi espérer que si l’homme se montrait agressif envers elle, Beast interviendrait pour la défendre. Il avait beau avoir un caractère sociable, il ne laisserait sans doute pas sa maîtresse dans la panade. « Maintenant on peut discuter comme des gens civilisés ou vous comptez m’empêcher de prendre mon eau ? » demanda-t-elle sèchement, ayant regagné assez d’assurance pour arrêter de bégayer comme une écolière.



_________________

write my name on a stone
rain washes this city but mud still clings to your soul. you fill in the pages with the pain that's taking its toll, but there's hope in the madness. don't pretend you're in this alone. she sees me inside you and she's afraid that you won't come home, so remember me. ©️ all right awatg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elishah Everdeen
a walk among the graves + taste of blood
MESSAGES : 63
INSCRIPTION : 04/07/2015
CRÉDITS : shadows
DISPONIBILITÉ RP : indisponible
LOCALISATION : quelque part dans les bois entourant Greenville

MessageSujet: Re: underdog Lun 13 Juil - 16:19

Dans le jargon, on appelle ce genre de situation : un plan puant sacrément la merde. Elishah se joue tout un tas de scénarios pendant que le traitre de clébard - avec qui il pensait pourtant avoir établi une connexion spirituelle vachement forte - rejoint sa blondasse de maitresse. Combien de temps va-t-elle mettre à réaliser qu'il est incapacité par sa blessure à la jambe et donc incapable de se relever rapidement ? Va-t-elle rester à distance et attendre la cavalerie qui se chargera de lui ou tenter de se charger de lui par elle-même ? Si Nicky s'approche et tente de se le faire avec son foutu bout de bois, il a une chance de reprendre l'avantage et de s'en tirer sans trop de casse. Si elle s'y essaie, il ne lui laissera pas de seconde chance et ne fera preuve d'aucune pitié, que ce soit envers elle ou son chien… Mais c'est bien là le souci : elle n'est PAS seule et lui n'a que deux mains. Elishah a parfaitement conscience qu'il ne pourra pas être sur tous les fronts et les arrêter tous les deux en même temps. Peut-être qu'avec son Glock, il pourrait s'en sortir. Il est bon tireur après tout et n'a pas besoin de jambes solides pour faire feu. Mais sera-t-il plus rapide à dégainer que l'animal à lui sauter à la gorge ? Il va falloir qu'il la joue fine et qu'il fasse diversion, le temps de réussir à porter sa main à l'arrière de son pantalon afin de s'en saisir, sans éveiller les soupçons de la blonde ou de son molosse.  
Autrement dit : c'est loin d'être gagné. D'autant que le trentenaire s'est assuré d'intimider la jeune femme qui va maintenant surveiller le moindre de ses faits et gestes de très, très prêt.  

Eli a du mal à masquer son agacement. Il fixe le duo avec un ressentiment palpable, la bouche tordue en une grimace hargneuse. En vérité bien sûr, c'est après lui qu'il en a le plus. Il n'arrive pas à croire qu'il ait pu être aussi stupide et se soit fait avoir par un foutu chien ! Ceci dit, ça ne devrait pas tellement le surprendre… Son père n'avait-il pas l'habitude de lui répéter qu'il était l'être le plus idiot qu'il ait jamais rencontré ? N'est-ce pas également ce qu'un de ses profs avait écrit sur son bulletin de fin d'année ? Enfin non, ses termes exacts étaient : Elishah souffre visiblement d'un problème moteur et de compréhension : vous devriez penser à consulter. Son père l'avait rudement cogné pour l'avoir humilié de la sorte.
Aujourd'hui, Eli se cognerait bien lui-même pour se faire payer sa bêtise. Tout ce qu'il avait à faire, c'était tenir un foutu collier, mais même ça, c'était apparemment hors de sa portée. Et maintenant, il allait très probablement se faire allumer par une foutue conne tremblante de 50Kg toute mouillée ! Une fin de merde pour conclure une vie du même genre.

A la place de la fille, il se serait ouvertement réjoui de la situation et l'aurait nargué avant de l'étriper. Il s'attend à entendre Nicky éclater d'un rire moqueur, à voir le chien agiter moqueusement sa queue et lui aboyer quelques insultes de chien…mais rien de tout ça en se produit. En fait, la fille continu de lui parler comme s'ils étaient sur un pied d'égalité, comme s'il représentait toujours une menace, comme s'il pouvait encore lui faire du mal. N'a-t-elle pas compris à quel point il est vulnérable ? A moins qu'elle soit du genre à faire ami-ami avec les inconnus…
Oh bordel, je suis tombé sur une foutue sainte !
Il l'observe longuement, prudent, essayant de trouver où est le piège. Peut-être qu'elle tente encore de gagner du temps, tout simplement. Mais dans quel but ? Celui de laisser à ses alliés celui de débarquer ?
Avec un peu de chance cependant, ce sont ses alliés à lui qui vont ramener leurs fesses…
« OK, OK » lance-t-il en levant ses deux mains, tenant toujours son couteau. « C'est cool. J'te laisse faire tes trucs. Tant que tu restes à distance » prévient-il en pointant sa lame dans sa direction, avant de faire de même dans celle de Beast « Ça vaut aussi pour toi, Médor. M'oblige pas à faire quelque chose qui nous enlèverait beaucoup de plaisir à tous les deux… »
Là-dessus, il redonne sa pleine attention à la blonde, essayant de voir comment elle prend cette menace. Va-t-elle finalement lui rire au nez ? Mais ce n'est pas le cas. Elle pense donc réellement qu'il est encore tout à fait capable de l'attaquer.
Pauvre conne ! se réjouit-il intérieurement.  

« Bon alors vas-y ma belle : prends ton eau » l'encourage-t-il, décidant qu'il attrapera son Glock dès qu'elle se tournera vers la rivière. C'est dommage de plomber la cervelle d'un si beau spécimen mais elle ne lui laisse pas tellement le choix! Bon et puis elle sera chaude pendant un petit moment encore après avoir passé l'arme à gauche alors il ne sera peut-être pas obligé de gaspiller… Au moins, elle ne sera pas en capacité d'éventuellement critiquer ses performances.

_________________

we all support the team
well if you're lookin' for a good time you're a little bit late we rolled up the sidewalks at a quarter to eight we can't sell you no beer it's a small town, so may I ask what you're doin' here ©️ all right awatg (codage) ; bex (gif)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: underdog

Revenir en haut Aller en bas

underdog

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
✝ A WALK AMONG THE GRAVES  :: LA RIVIÈRE-