FERMETURE DÉFINITIVE DU FORUM À COMPTER DU 25/07.

Partagez|

desmond ≈ enjoy the ride.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: desmond ≈ enjoy the ride. Ven 3 Avr - 18:15



desmond « desm » vaughn
what do you say we kill some evil sons of bitches and we rise a little hell, hun ?

✝️ NOM : Vaughn. On se souvenait de ce patronyme, ou on préférait l'oublier, le cacher derrière d'autres pensées plus douces. Une généalogie qui avait fait parler d'elle à de nombreuses reprises, et pas sous des tournures des plus glorieuses. Certains membres de la généalogie avaient honte, d'autres arboraient fièrement ce nom de famille, le susurrant dès que l'occasion se présentait. Les Vaughn, ces politiciens de père en fils, ceux qui se disaient patriotes mais qui agissaient dans leur propre intérêt. Cependant, il fallait cette exception à la règle. Cette personne qui, comme le mouton noir, s'écartait du troupeau et prenait un chemin qui lui semblait plus honnête. ✝️ PRÉNOM : Desmond. L'aîné de la famille Vaughn, celui qui essaya de donner une nouvelle réputation à ce nom redouté.  Prénom choisi par sa propre mère, il ne s'en est jamais plaint et n'a pas particulièrement d'avis sur la chose. Certains disent que cela représente sa personnalité, ses traits de caractère. On le voit parfois comme le Mal en personne, comme celui qui vous ôtera la vie dans scrupule. Peut-être que ces individus ont raison. Peut-être que non. ✝️ AGE : Trente-neuf. A fouler un un sol empli de haine et de terreur. Et c'était d'autant plus vrai depuis cette fameuse épidémie qui avait créé des clans. Des groupes, plus ou moins larges, des groupuscules qui étaient prêts à tout pour survivre. Des hommes, des femmes, des enfants, qui n'auraient jamais dû affronter de tels événements. Et Desm', il en faisait partie, de toute cette histoire macabre.   ✝️ LOCALISATION : Actuellement à Fort Benning, à protéger ces murs délabrés sur un terrain de plus de 730 kilomètres carrés. C'est un emplacement sûr, selon Desmond, qui occupe les lieux depuis le début du fléau qui s'est abattu sur la communauté toute entière. ✝️ DATE ET LIEU DE NAISSANCE : Desmond est né le 5 Juillet 1976 dans la ville de Houston. Il n'a pas été mis au monde à l'hôpital local, mais dans la demeure familiale des Vaughn.   ✝️ NATIONALITÉ ET ORIGINES : De nationalité américaine, il est cependant né d'une mère française et d'un père écossais. Il n'a, de base, rien d'américain, mais ayant été élevé sur ce continent, il en a pris les coutumes, habitudes, mœurs, qu'elles soient bonnes ou mauvaises.   ✝️ ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuelle, il n'a cependant rien contre ceux dont l'orientation est autre. Desmond est assez ouvert d'esprit, lui-même ayant pratiqué des choses pas très catholiques, avec hommes, femmes, dans sa jeunesse mouvementée. ✝️ STATUT FAMILIAL : Autrefois marié. Depuis l'épidémie, ces liens ne semblent plus aussi importants que son devoir de protéger le reste du monde. Desmond, c'est le genre de héros malgré lui, qui se sent obligé d'aider son prochain par n'importe quel moyen, oubliant même sa propre personne. Sa femme. C'est un sujet tabou. On n'en parle pas, et tout le monde à Fort Benning le sait.   ✝️ PROFESSION AVANT L'EPIDEMIE : Desmond était dans les Forces Spéciales de l'OTAN. Il a été formé dans une large palette d'apprentissage, regroupant la recherche d'informations, la libération d'otages, les actions de guérillas ou de contre-guérillas... C'était un métier enrichissant, dangereux, lui permettant d'avoir une quantité folle d'adrénaline en lui. Et c'est ça, qu'il aimait. ✝️ OCCUPATION ACTUELLE : Officier au Fort Benning. Le grand leader. Son but est de protéger la population environnante des dangers bien trop néfastes du monde actuel. Il donne des ordres, mais n'est pas ce type d'individu à rester glander sur sa chaise alors que les autres mettent leurs vies en danger. Il les suit, il remonte le moral des troupes et fait tout pour les protéger, bien qu'il ne le montre pas de façon très expressive. ✝️ CRÉDITS : swan. ✝️ GROUPE : In Templum Dei.


who are you really?
Because everyone has a dark side. Et Desmond n'est pas une exception. Autrefois faisant facilement la différence entre ce qui était juste et ce qui ne l'était pas, il dû laisser s'échapper la bête en lui avec tous ces événements nuisibles. La Mort se tenait au-dessus de son être et il ne se faisait pas d'illusion. Il savait qu'il pouvait être le prochain, celui qui aurait pu mourir à cause de ce virus dont l'antidote était inexistant. Mais rien n'arriva. La Faucheuse n'avait pas pris la décision de lui voler son âme. Il en était conscient et reconnaissant. S'il était encore en vie, cela signifiait qu'il avait des choses à accomplir. Alors il changea sa façon de voir les choses. Sa façon d'être diplomate, d'avoir l'habitude d'être patient et compatissant. Il n'y avait plus de place pour ce genre de sentiments et il ne voulait pas être un frein pour la communauté qu'il tentait de faire survivre. Parce qu'aujourd'hui, c'est vivre, ou mourir pour revenir en une créature ignoble. Il le sait. Pour les personnes qu'il doit protéger, il peut tout faire. Il dégaine plus vite qu'il ne parle et ne voit pas cela comme un défaut. Il en faut, des hommes comme lui. Ceux qui réfléchissent par le taux d'adrénaline, ceux qui sont en actions constantes. On dit qu'il ne réfléchit pas et qu'il tire avant de poser des questions. Ce qui peut-être vrai. Il préfère dégainer, tirer à des endroits où il sait que l'individu adverse s'en sortira, puis poser des questions. Parce que dans le monde d'aujourd'hui, il ne peut se fier à personne si ce n'est aux soldats de la base. Et encore. Desmond est bavard. Oh ça oui, il aime parler, il aime raconter des histoires, des péripéties, des aventures qu'il a pu vivre dans sa vie antérieure. Des choses qui le concernent lui. Mais jamais il ne parle d'une possible famille qu'il aurait pu avoir. Il reste bien mystérieux sur des sujets, préférant les contourner quand on lui demande trop de détails. On le questionne, on l'interroge. Jamais il ne répond clairement. Il a dû faire des sacrifices, des actions qu'il doit désormais payer de sa propre vie et de son propre chef. S'il avait fait des choix différents, il n'aurait pas été dans cette situation. Intérieurement, ses démons le rongent. Petit à petit, son âme vint à s'évanouir dans les ténèbres qui circulent dans ses membres. Ses pensées sont noires comme le charbon, ses décisions en pâtissent. Mais ce mal qui le dévore, il l'accueille à bras ouverts. Parce qu'il est nettement plus facile pour lui de faire disparaître la part d'humanité qui lui reste. Adieu, sentiments de honte, de crainte, de peur, d'angoisse et de désespoir. S'il respecte la race humaine, il a cependant sa propre définition de l'être-humain par excellence. Il se voit comme le sauveur, le justicier, celui qui doit donner la sentence à autrui. S'il voit un individu dont le comportement n'a rien d'humain, alors il le considérera comme une simple créature de l'obscurité qu'il faut abattre, au même titre que ces rôdeurs. Alors oui, Desmond respecte la loi des Etats-Unis. Elle est ancrée dans son être. Même en cette période apocalyptique. Mais en situation de crise, les règles peuvent être remaniées. Il considère qu'on ne peut pas laisser de simples sauvages se comporter comme des bêtes, simplement parce que la fin du monde semble avoir craché son premier jet de haine. Il fallait quelqu'un pour contrôler le chaos, pour le restreindre, le contenir. Et ce quelqu'un, c'était lui.
into the wild
TICS, TACS & MANIES - Avant ce que les gens prenaient l'habitude d'appeler l'apocalypse, Desmond était un digne colonel des Forces Spéciales. Il a dû ramer pendant longtemps avant de briser l'image que sa famille lui avait imposé. Parce qu'on le voyait comme un politicien lorsqu'il était dans sa vingtaine, il avait dû se forger une personnalité imperturbable. Il était devenu fort, il s'affirmait et avait fait ses preuves à ses supérieurs. ≈ Desmond n'a jamais été le bon samaritain. Comme tout être-humain, il avait des défaut mais les siens semblaient se montrer plus facilement que chez les autres individus. Il était revanchard et susceptible, mais n'en faisait aucun commentaire. Quand quelque chose ne lui plaisait pas, il ne disait rien et se contentait de froncer les sourcils férocement, prêt à sauter sur sa victime. Desmond, c'était le gars violent. Violent, mais qui se battait aussi pour des convictions qui lui étaient chères, à l'époque. ≈ Avant tout le drame international, il était marié et avait deux enfants. Sa femme, Evangeline, plus communément appelée Evan. Un prénom qui l'adoucissait lorsqu'il l'avait rencontré. Puis ses deux enfants, deux filles une qui devrait désormais avoir dix-sept ans et une autre de quinze ans. ≈ Lorsqu'il était parti à Atlanta pour essayer de calmer les foules, il les avait laissé à Fort Benning. Alors qu'il était sur les routes bondées de la ville, il ne pouvait s'empêcher de penser à elle. Il les avait laissé, pour aider ceux qui en avaient besoin. Et à son retour, elles n'étaient plus là. ≈ Pourtant, Evan avait supplié son mari de rester. Mettant en avant des arguments et des propos qu'il aurait dû écouter. Parce qu'elle lui avait dit qu'il devait les protéger, rester auprès d'elles. Parce qu'elles avaient peur. Parce qu'elles étaient sa famille et qu'il ne pouvait pas les laisser, comme ça, derrière, sans se retourner. ≈ Depuis son retour à Fort Benning, énormément d'événements se sont produits. Chacun a dû se forger une place car chaque individu de la base était important et permettait au bon fonctionnement de la communauté qu'il restait. Ils devaient s'occuper de près de 800km² de terre, sous la menace des créatures et d'autres être-humains tout aussi odieux. ≈ Lorsqu'il part avec une petite équipe afin d'aller chercher des ressources pour la base de Fort Benning, il a tendance à être tout excité. Rester dans une sorte de petit bureau, ce n'est vraiment pas son truc et il préfère braver des dangers plutôt que de supporter des ordres qui rendent ses épaules bien trop lourdes pour l'homme qu'il est. ≈ Ses hommes le voient en grand manitou, héros et leader incontesté de cet immense terrain. S'ils savaient ce dont il avait été capable, ils ne le verraient certainement pas sous cet angle et préféreraient renverser son règne plutôt que de le servir. Parce qu'il pouvait être violent, impulsif et entêté, parce que ses idées profondes étaient ce qui le poussaient à continuer de vivre, cette détermination en lui pouvait s'avérer néfaste.


✝️ pseudo/prénom : cara, appelée witchcraft sur de nombreux forums.   ✝️ âge : dix-neuf et il me manque une dent ✝️ pays : l'australie, avec des kangourous. mais ça, c'est dans ma tête. sinon, j'habite en France    ✝️ fréquence des visites : 6j/7, pour pas faire comme si j'étais une grosse accro.   ✝️ comment avez-vous trouvé le forum ? Bazzart, c'te temple des forums. ✝️ vos impressions sur celui-ci ? La bôté.   ✝️ mot de la fin : Sachez que Desmond vend son corps contre des ressources (nourritures, etc) donc voilà, si vous avez quelque chose à offrir à ces pauvres militaires, appelez-moi. /PAN/

FEAT JENSEN ACKLES


Code:
<font class="avatarpris">JENSEN ACKLES</font> ✝️ desmond vaughn


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: desmond ≈ enjoy the ride. Ven 3 Avr - 18:15




holy water can not help you



SOMEBODY NEEDS TO PROTECT THESE PEOPLE.
2003 ≈ Il n'avait jamais eu la carrure d'un héros. Sa personnalité lunatique faisait qu'une bonne poignée d'individus le craignaient, avaient peur de l'approcher. Pourtant, il n'avait rien de particulièrement méchant au point de l'éviter. Il pouvait être dur, dans ses propos, parce qu'il avait cette fâcheuse habitude d'avoir un franc parler. Il était direct et ne passait pas par quatre chemins lorsqu'il souhaitait exprimer sa pensée. Il n'en voyait pas l'intérêt et trouvait ça plutôt lâche de faire de jolies tournures alors qu'on voulait simplement dire que la personne concernée n'était qu'une grosse bouse. Déjà à cette époque, le monde tournait d'une manière bien étrange. Mais ça, Desmond ne pouvait rien y faire, de là où il se trouvait. Armes en mains, casque sur le crâne et une bonne vingtaine de kilos dans le sac qu'il transportait sur le dos, il avait l'habitude de se mettre à penser durant des missions qui pouvaient s'avérer dangereuse. Il préférait penser au monde plutôt que de penser au sort qui pouvait lui tomber dessus sans crier gare. Parce qu'il avait une femme et deux petites filles, il ne voulait pas imaginer ce qu'il pourrait arriver si la Mort venait le prendre alors qu'il avait encore des moments importants à vivre. Voir ses enfants grandir, c'était une chose qui l'émerveillait. Malheureusement, avec la profession qu'il exerçait, il n'en avait pas souvent les moyens mais profitait de chaque instants où il étaient en leur compagnie pour leur montrer à quel point il les chérissait. « Papa, quand est-ce que tu reviens ? » lui demanda la cadette, plongeant son regard profond dans celui de son paternel. Desmond esquissa un sourire, léger, fin, artificiel. Lui-même ne savait pas s'il allait en revenir, de cette mission qui s'avérait plus compliquée que prévue. Mais il ne pouvait pas dire à cet ange tombé du ciel qu'il serait possible qu'elle ne le revoit jamais, qu'il allait retourner au stade de poussières et qu'il ne serait plus là pour lui conter des histoires avant de s'endormir. « Bientôt. » souffla-t-il entre ces lèvres. Il porta sa paume vers la tête de celle-ci et lui ébouriffa les cheveux. « Très bientôt ma chérie. » Avec ces simples mots, il avait balayé les doutes de sa plus jeune fille qui dessina un sourire radieux sur ces petites lèvres rosées. Elle s'accrocha à la jambe de son père pour le câliner avant qu'il ne parte, tandis que sa femme et son autre fille étaient sous le porche à faire de grands signes d'en revoir, balançant des encouragements, encore et encore, comme ils avaient l'habitude de le faire quand il savait qu'il partait en fait pour une longue durée. Il s'agenouilla puis pinça la joue de sa fille en lui souriant et en lui faisant signe de partir vers la porte d'entrée. Ce qu'elle fit, sans broncher. Il était plus facile de partir lorsqu'elle avait le dos tourné plutôt que lorsqu'elle le regardait de ces deux grands yeux innocents.

2010 ≈ Sa relation avec Evangeline était tendue. Bien plus qu'auparavant. C'était quelque chose de sérieux, et pas si anodin. Si elle pensait qu'il n'avait pas remarqué les changements qui s'étaient opérés dans leur relation parce qu'il avait cette tendance à être absent pour son travail, alors elle se trompait. Desmond avait cette capacité de discerner le vrai du faux et quand sa femme, celle à qui il avait donné son cœur sans y réfléchir à deux fois, lui mentait sans aucun scrupule, cela avait le don de l'énerver. « Desm' ! Je vais retrouver Eleanor pour son anniversaire, je reviendrai sûrement tard alors ne m'attends pas pour aller te coucher si tu es fatigué ! » Allongé sur le canapé, à regarder d'un œil distrait la télévision qui ne présentait que des programmes bas de gamme, le regard de Desmond se porta finalement vers sa femme qui enfilait ses chaussures noires et qui paraissait enjouée de la soirée qu'elle allait passer. Cela lui pesait sur le cœur et son esprit ne pouvait plus tenir ce secret qui le rendait incroyablement amer. « Tu veux dire Grant, j'suppose ? » Le militaire se redressa en s'étirant, comme si ce qu'il venait de dire n'avait aucun impact sur la conversation actuelle. Il attrapa la télécommande et éteignit la télévision qui faisait ce bruit gênant, à raconter des bêtises qu'il n'avait pas besoin d'entendre. Le monde était déjà bien abruti, et il ne souhaitait pas perdre les quelques neurones qu'il avait en regardant des émissions de télé-réalité. Ses prunelles ne se détachèrent pas pour autant de la jeune femme qui s'était arrêtée en plein milieu de son action, reposant finalement la chaussure au sol alors qu'elle souhaitait l'enfiler. Elle avait les yeux, rivés vers le carrelage blanc. Elle était courbée, la tête vers le sol et ne bougeait plus. Elle devait certainement chercher ce qu'elle devait dire, réfléchir à une manière intelligente de répondre afin de ne pas s'attirer les foudres de son mari. « Hein ? Je n'vois pas de quoi tu parles ! » dit-elle en se redressa, se mettant droite et en esquissant un sourire pour Desmond. Des lèvres étirés sous une pression malhonnête.



Il était blasé. C'était le cas de le dire. Même quand elle avait été prise la main dans le sac, elle niait toute l'histoire. Grant ? Il n'y avait soit-disant aucun individu de ce nom dans son existence. Il aurait pu débattre avec elle, lui prouver qu'il avait raison et qu'elle avait tort, qu'elle ferait mieux de se taire si elle ne voulait pas s'enfoncer encore plus dans des simulacres qui n'en valaient pas la peine. Desmond avait aimé sa femme. Il fut un temps où il était dur pour lui de parler bosser, sachant qu'il laissait une âme qu'il chérissait à la maison alors qu'il se retrouvait à l'autre bout de la planète sans aucun moyen de contact. Mais l'aimait-il toujours ? C'était une interrogation qui revenait souvent dans son esprit et qui le perturbait. « Écoute, tu fais ce que tu veux de ta vie. » Il se leva et se dirigea vers sa veste en cuir qui était accrochée au porte-manteaux. Il l'enfila et se regarda rapidement dans la glace avant de se tourner vers son épouse avant d'afficher ce qui pouvait presque être décrit comme un sourire.  « Mais j'ai quand même bien envie de voir à quoi ressemble ce Grant. » dit-il comme si c'était normal de voir l'amant de sa femme sans vouloir le buter. Il tenait à Evangeline. Après autant d'années de vie commune, il la portait un minimum de son cœur et ne souhaitait que son bonheur. Alors oui, il voulait le voir, ce Grant. Pour l'analyser. Le juger. Et dire si oui ou non il était approprié pour elle.

2014 ≈ « Nous avons perdu le contact avec les autres continents de la planète. » entendaient-ils dans l'une des radios de Fort Benning. Desmond, Evangeline, leurs deux filles, étaient logés dans la base depuis déjà trois ans. C'était une énorme étendue, avec de nombreuses habitations pour les familles des militaires. La situation mondiale était en crise. On affrontait l'apocalypse et elle n'allait certainement pas tarder à franchir les frontières des États-Unis d'Amérique, si ce n'était déjà fait. On frappa à la porte et Desmond, d'un pas lourd, s'en alla vers celle-ci afin de voir qui venait leur rendre visite. Intérieurement, il le savait déjà, mais il n'allait pas laisser l'individu sur le pas de la porte, à attendre qu'on lui ouvre. « Grant. » lança-t-il sur un ton amical. Il ouvrit davantage la porte afin de le laisser rentrer et s'affala sur le canapé qui n'était pas très loin. Il soupira, inlassablement, attendant certainement qu'on lui demande ce qui n'allait pas. Mais Evangeline, comme Desmond, restaient en face de lui à le regarder sans ciller, sans bouger. Néanmoins, quelqu'un devait briser ce silence. « Vous avez entendu, on a perdu le contact avec le reste du monde ? » Il semblait abattu et c'est dans un soupire intrigué qu'il reprit. « Ça veut dire qu'on a perdu contact avec l'Europe. Et que mes parents sont peut-être morts à l'heure qu'il est. » Les deux propriétaires de la maison se redressèrent, se rendant compte de l'ampleur de la chose. Ils n'avaient pas vu ça sous cet angle, considérant le fait qu'aucun des deux n'avait de la famille à l'étranger. Evangeline observa Desmond d'un œil attentif puis se dirigea vers Grant.



Grant était un chic type. Tout comme Desmond, c'était un militaire qui séjournait à Fort Benning depuis cependant plus longtemps que son coéquipier. Desm était le supérieur de Grant et n'hésitait pas à le lui rappeler. Pas pour le remettre à sa place, mais simplement pour se vanter du fait que lui était colonel, et que Grant ne l'était pas. Ce dernier s'en fichait un peu, cela ne l'importait pas et d'ailleurs, il en était de même pour Desmond qui n'avait jamais recherché le pouvoir ou la reconnaissance. Grant avait beau être l'amant de sa femme, Desmond avait dépassé le stade de la colère. L'amour, c'était quelque chose de compliqué. Parce qu'Evangeline affirmait aimer les deux hommes, elle ne se résignait pas à abandonner l'un sans abandonner l'autre. Parce qu'il était possible de partager son cœur, elle ne se voyait pas le donner à un seul de ces deux militaires seulement. Elle aimait les deux et voulait les garder auprès d'elle autant qu'elle le pouvait. Elle voulait les protéger. C'était une situation bien étrange, mais ils avaient fini par s'y faire. Evan, tout comme Desmond, ne souhaitait pas divorcer. Pour leurs deux filles. Qui ne voyaient Grant que comme le meilleur ami de papa.  



Ils étaient partis. Evan. Sa famille. Et même Grant. Tout le monde. Le spectacle qui se tenait sous ses yeux n'était qu'horreur et abomination. Des rôdeurs s'étaient infiltrés dans Fort Benning. Il y avait beaucoup trop de cadavres. Beaucoup trop d'individus qui n'allaient pas tarder à être contaminé si on ne leur coupait pas le membre affecté. En espérant que le virus n'ait pas eu le temps de s'immiscer dans tout le système et tous les réseaux sanguins. Il y en avait énormément. Des rôdeurs. Qui mâchouillaient des être-vivants. Desmond ainsi que le reste des hommes qui n'avaient pas déserté prirent toutes les armes qu'ils avaient sur eux et se dirigèrent vers l'armurerie. Qui s'avéra bien vide. Les lâches avaient fui et s'étaient servi lors de l'attaque, préférant partir que de protéger la base. Sa femme. Ses filles. Grant. Par chance, il n'avait vu aucun de leurs corps sur le sol rougeâtre.

« Mon colonel, qu'est-ce que l'on fait ? » Il était irrité. Desmond plantait inlassablement son couteau dans les crânes qui gisaient par terre. Il n'en avait aucune idée de ce qu'il devait se passer ensuite, il n'était pas devin et n'avait tout bonnement aucun pouvoir. Alors il se contentait de briser des crânes et réprimandait ses hommes quand il les voyait user de leurs armes. Les balles, c'était précieux et ils ne devaient pas les gâcher pour une tâche aussi facile. Le couteau, la machette. N'importe quel objet tranchant faisait l'affaire, contre ses bestioles. Un coup dans le cerveau, et elles s'endormaient pour de bon. « Mon colonel ! » Il se stoppa net dans ses mouvements et lança un regard noir vers ses sous-fifres. Ces derniers se figèrent, déglutirent. Ils se lancèrent des regards, comme s'ils communiquaient. Desmond attendait, bêtement, en faisait tournoyer sa lame entre ses doigts. « Monsieur l'Officier a disparu et comme vous le savez, notre Général est mort à Atlanta... »

« Mais qu'est ce qu'on s'en fout, sérieusement. » Il reporta son attention sur les victimes, les rôdeurs, tout ceux au sol. « On n'a pas que ça à faire de s'occuper des déserteurs, c'est plus notre problème. Par contre, ces gens-là » dit-il dans un signe de tête. « Ils ont peut-être besoin de vous. Regardez bien s'ils se sont fait mordre. Si c'est le cas... » Il chercha du regard quelqu'un. « Prenez ce médecin avec vous. Il doit bien avoir les capacités requises pour savoir si l'gars est infecté ? Pour savoir si le virus a eu le temps de se propager dans le système depuis la morsure ? Si la personne peut-être sauvée, sauvez-là. Coupez-lui le bras, la jambe, n'importe quoi. Sinon... » Il ne termina pas sa phrase et se contenta de soutenir les regards de ses collègues.
« A vos ordres, Officier. »


A GREAT BURDEN ON ONE MAN.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: desmond ≈ enjoy the ride. Ven 3 Avr - 18:30

Bienvenue sur le forum et bon courage pour ta fiche.
Si tu as des questions, n'hésite pas !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: desmond ≈ enjoy the ride. Ven 3 Avr - 18:35

Merci beaucoup
Pas de soucis, je te fais un signe si des interrogations me viennent à l'esprit
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: desmond ≈ enjoy the ride. Dim 5 Avr - 9:21


bienvenue en enfer

ça va croquer du zombie

Il est cool, ce bureau. J'ai adoré ton histoire, vraiment. L'écriture est fluide, le scénario extra. :mdr2: Quelle vilaine, sa femme. Avec un si bel homme comme Desmond, j'irais pas voir ailleurs.

Il est temps pour toi maintenant de laisser ta trace sur le forum. Voici quelques liens qui te seront bien utiles :
✝️ CRÉER UN SCÉNARIO
✝️ CRÉER TA FICHE DE LIEN
✝️ CRÉER TA FICHE DE RP
✝️ FLOODER

N'oublie pas également d'aller vérifier que ton avatar a été ajouté au bottin, mais aussi que ton rang a été ajouté à l'annexe des groupes de survivants. Sur ce, bon courage pour ta survie.  



Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: desmond ≈ enjoy the ride.

Revenir en haut Aller en bas

desmond ≈ enjoy the ride.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
✝ A WALK AMONG THE GRAVES  :: PRESENTATIONS-